La tempête Boisjoli frappe Gatineau

L'énergie de Brigitte Boisjoli et ses musiciens a... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'énergie de Brigitte Boisjoli et ses musiciens a déferlé sur la salle Odyssée de la Maison de la culture, hier.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Hier, la tempête Boisjoli est passée à la Maison de la culture de Gatineau. Au passage, elle n'aura rien détruit. Mais elle aura très certainement remué nos coeurs par sa passion, son authenticité et son talent.

Mais avant le maelström, c'est Mathieu Lippé qui s'est avancé seul sur scène avec sa guitare, sa poésie, son humour et sa tronche ô combien sympathique. Dans une ambiance toute feutrée, il a su dès les premières notes charmer la salle. Or, ce sont ses slams, d'une grande intelligence et beauté, qui ont surtout provoqué le ravissement de la foule. Ses derniers mots n'étaient pas encore tombés que la foule s'était levée pour l'ovationner. «Mathieu, quand reviendras-tu avec un spectacle?», s'est écriée une spectatrice. Voilà, l'invitation est lancée à celui qui a collaboré au plus récent album de Brigitte Boisjoli et au grand gagnant du Festival de la chanson de Granby en 2011.

Changement de registre

«Bonsoir Gatineau, êtes-vous en feu? Je suis en feu!, nous a lancé celle qui venait de se déhancher avec l'énergie du désespoir sur les rythmes de Pendant la nuit et Je veux de la lumière. Et merci aux boys qui ont suivi leur blonde. Surtout, merci d'oser me découvrir!»

Et de la découvrir, le plaisir sera grand. Sur ses bottes lacées rose pétant, elle enfilera les chansons de ses deux albums, entrecoupant chacune d'entre elles d'anecdotes et de plaisanteries, nous permettant ainsi de nous immiscer davantage dans son répertoire et sa vie.

Puissante et juste, sa voix sera portée par six talentueux musiciens. Guitare, batterie, trompette, trombone, clavier et basse, rien de moins pour donner la réplique à la belle. Une évidente et contagieuse complicité régnait entre eux, de quoi attirer les cris de ses admirateurs toute la soirée. Une mention spéciale à Dominique Grégoire, concepteur des éclairages, qui a su habiller habilement chaque chanson, créant pour elles toutes un univers unique et, surtout, pertinent.

En août dernier, Brigitte Boisjoli revenait d'un voyage à Nashville, au Tennessee, où elle dit avoir réalisé un rêve en enregistrant un album hommage à Patsy Cline qui paraîtra à l'automne 2015. À notre plus grand bonheur, elle y est allée d'un pot-pourri, nous convaincant sans équivoque que sa cuvée country devrait connaître un beau succès.

La Sally Bowles de la comédie musicale Cabaret n'en était toutefois pas à sa dernière surprise. Accompagnée de son guitariste, elle a interprété Jolene, une chanson de Dolly Parton. Et c'est peut-être à ce moment-là que nous avons découvert une autre Brigitte Boisjoli. Immobile, la voix posée, plus grave, intense, elle nous a livré un des plus beaux moments de la soirée. Porté par le clavier, La Ballerine, écrite par son amie Ingrid St-Pierre, aura le même effet. À quand un Brigitte Boisjoli acoustique? Ou, du moins, un répertoire qui lui permettrait davantage d'explorer ce registre vocal?

Les préoccupations du quotidien avaient pris en otage votre cerveau, hier, avant de prendre place à la salle Odyssée? Brigitte Boisjoli et ses musiciens du tonnerre - Mathieu Lippé également - auront indéniablement réussi à nous faire tout oublier le temps d'un spectacle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer