La voix branchée sur le coeur

Laurence Jalbert pose ici en compagnie de Claire... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Laurence Jalbert pose ici en compagnie de Claire Duguay et des artistes finalistes de Gatineau prend la scène Antoni Gilbert, Joanie Michaud et William Lamoureux.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partager

Sur le même thème

Si le métier d'interprète «ne s'enseigne pas vraiment», il «peut donner un sens à une vie, pour peu qu'on le pratique pour les bonnes raisons, qui n'ont rien à voir avec la gloire ou l'ego», fait valoir la porte-parole de Gatineau prend la scène, Laurence Jalbert.

Encore faut-il s'entourer des bonnes personnes, rappelle la chanteuse, et, plus important encore, «garder sa voix branchée sur le coeur, si on veut se rendre jusqu'aux autres».

C'est là l'essentiel du message que la chanteuse partagera aujourd'hui avec les finalistes de GPLS 2013.

«Je veux qu'ils comprennent qu'il n'y a rien de mal à vouloir gagner sa vie en faisant de la musique, mais qu'il faut constamment se rappeler pourquoi et pour qui on le fait, pour ne pas se perdre de vue, et ne pas perdre de vue le public», soutient-elle.

D'où l'importance de bien choisir les gens avec qui on décide de partager non seulement la scène, mais également les coulisses. Laurence Jalbert ne cache d'ailleurs pas qu'elle n'a pas toujours pris les bonnes décisions, à ce chapitre. Un autre volet de son expérience que celle qui évolue dans le milieu depuis 37 ans entend mettre de l'avant, lors de sa rencontre avec Joanie Michaud, Antoni Gilbert et William Lamoureux. «Des erreurs, on est tous amenés à en faire. Ça nous fait d'autant plus apprécier le bonheur de pouvoir travailler en confiance, quand ça nous arrive!»

La Gaspésienne aurait aimé pouvoir profité d'un tel encadrement, à ses débuts. Elle apprécie d'autant plus pouvoir faire profiter les jeunes de la relève de son vécu, maintenant.

«De nos jours, Internet leur ouvre des portes auxquelles nous n'avions évidemment pas accès, à l'époque. Mais qu'en font-ils? Comment concrétiser cette visibilité sur la Toile en spectacles, par exemple? Les outils sont là, mais tout dépend de ce que tu en fais.»

Car le métier a «toujours été difficile», rappelle-t-elle, «mais il faut vraiment aujourd'hui affirmer une personnalité», pour se faire remarquer.

Plus de détails dans LeDroit du 24 janvier 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer