Une autre façon de nourrir l'émergence

Le rappeur Cadence Weapon... (Courtoisie)

Agrandir

Le rappeur Cadence Weapon

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Arboretum n'aura jamais aussi bien porté son nom que pour cette sixième édition, qui déménage au milieu des arbres. C'est à la ferme Rideau Pines, à North Gower, tout de même située à 25 minutes du centre-ville, que se déroulera le festival les vendredi 18 et samedi 19 août.

Les festivaliers, en pleine campagne, pourront donc s'égosiller sans crainte lorsqu'ils bisseront les têtes d'affiche de cette année, que ce soit la formation art-punk californienne Deerhoof; les Montréalais Tops; Diana, groupe torontois versé dans la synth-pop, et d'excellente réputation ; Le1f, un champion newyorkais du club-rap; la bande de folk-métalleux psychédélique Yamantaka//Sonic Titan; sans oublier le roi canadien du rap indépendant Cadence Weapon, qui en est à sa deuxième participation au festival. Bref, un podium d'avant-gardistes et d'expérimentateurs.

Également au menu : les groupes Feels, Sparklesaurus, Future States, Tops, Boyhood et CamMacLean. Au total, une petite vingtaine d'artistes et formations capables d'explorer bien des azimuts musicaux.

Depuis sa création, en 2012, ce petit festival a essayé toutes sortes d'options géographiques. Lesquelles n'ont pas semblé rebuter les festivaliers : des amateurs de musique émergente et locale, reconnaissants de l'alternative au ronron des radios que leur propose Arboretum, ainsi que des amateurs de bouffe (des chefs locaux et des microbrasseries de la région sont régulièrement invités), servie dans un climat qui se veut convivial. 

Ce festival intimiste - mais de moins en moins dans l'ombre - s'est d'abord niché à la Cour des Arts, où des rénovations majeures l'ont contraint à déménager après trois ans. À sa 4e édition, en 2015, le public était convié à l'Île Albert, espace flottant entre les provinces du Québec et de l'Ontario. À l'époque, Arboretum cherchait déjà à se disséminer, proposant par exemple des spectacles à l'Église St Albans, à Ottawa, et investissant même le Vieux-Hull.

L'été dernier, alors qu'il prenait de l'envergure, le festival rapatriait ses scènes dans les jardins de l'Hôtel de ville d'Ottawa et sur une douzaine de sites alentours, où se répartissaient concerts, conférences et joyeusetés d'after party.

Cette fois, il s'adonne à un «retour à la terre» complètement assumé. Les trois scènes qui seront érigées à la ferme Rideau Pines (5714, Fourth Line Rd) ont des noms révélateurs : la principale a été érigée en lisière de forêt, et baptisée scène Forest; la scène Barn sera montée dans une grange et la Pond, installée au bord d'une mare. Leur accessibilité peut d'ailleurs constituer un défi pour les personnes à mobilité réduite, conviennent les organisateurs du festival, qui, sur le site Internet d'Arboretum, laissent entrevoir la mise en place d'options pour accommoder certains handicaps. 

Pour faciliter le transport jusqu'à ce nouveau site éloigné, un service de navettes en autobus sera mis en place depuis la microbrasserie d'Ottawa Beyond The Pale (déménagée au 250, City Centre). On peut en consulter l'horaire sur le site arboretumfestival.com. 

Le prix du billet - $35 (vendredi), 55$ (samedi) ou 75$ (pour les deux jours), ce qui est nettement moins abordable que le Festival Outaouais Émergent - inclut d'ailleurs le trajet en autobus. Pour ceux qui préféreront s'y rendre par leurs propres moyens, le stationnement sur place est gratuit... sauf pour ceux qui achèteront leur laisser-passer à la porte.

À noter: le camping n'est pas permis autour du site.

Pour y aller

Quand ? les 18 août et 19 août 

Où ? ferme Rideau Pines (5714 Fourth Line Rd), North Gower

Renseignements : 613-864-7849 ; arboretumfestival.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer