Kronos défie styles et décennies

Kronos sera de retour dans la capitale fédérale le... (Courtoisie)

Agrandir

Kronos sera de retour dans la capitale fédérale le 5 juillet à 19 h 30, à l'église unie Dominion-Chalmers, dans le cadre du festival Musique et autres mondes.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Leur interprétation de la chanson-titre de Retour à Brooklyn cumule plus d'un million de vues, sur YouTube. En plus de quatre décennies, les musiciens de Kronos ont dépoussiéré le quatuor à cordes, aussi bien en matière de style que de contenu. Retour à Ottawa de ces doux forçats de l'archet, le 5 juillet à 19 h 30 à l'église unie Dominion-Chalmers, sur invitation du festival Musique et autres mondes.

Non, ils ne sont pas que des spécialistes du répertoire minimaliste américain et des fous de musiques folk - comme l'illustre leur dernier album, Folk songs, sorti début juin. Le programme du concert prévu mercredi part à la conquête du vaste monde. Il intègre les notes de Dadra in Raga Bhairavi, une partition de l'Indienne Dr. N. Rajam, grande virtuose du violon bientôt octogénaire et encore trop méconnue.

« J'ai du mal à croire que je ne l'aie découverte qu'il y a trois ans, raconte le violoniste et fondateur de l'ensemble, David Harrington. À l'écoute de sa musique, j'ai immédiatement voulu que Kronos ait le même son qu'elle. »

Les arrangements pour quatuor ont été confiés à la jeune compositrice américaine d'origine indienne, Reena Esmail. « Nous avons imaginé une façon de transformer nos instruments en tabla [percussion indienne], poursuit-il. Nous avons également passé beaucoup de temps à travailler les ornements de la musique indienne. »

Mais l'ouverture de la soirée voyagera sur un tout autre continent, l'Afrique, en revisitant d'emblée la musique du groupe congolais Konono n° 1, l'un des plus célèbres de Kinshasa sur la scène internationale.

« Notre succès nous a ouvert de nouvelles portes en nous permettant d'interpréter des musiques du monde entier, se félicite le violoniste. Cette ouverture reflète l'expression de la culture musicale de nos jours. On trouve notre inspiration en variant nos horizons musicaux. »

Il y a souvent une idée d'ouverture et d'expérimentation derrière la démarche musicale du Kronos Quartet, et ce, dès son origine : David Harrington se souvient voir fondé le quatuor en 1973 après avoir entendu Black Angels de George Crumb, un quatuor électrifié contre la guerre du Vietnam. 

Ils interpréteront du Hendrix et du Bartok, mais aussi Philip Glass, des musiques de film et accompagneront Björk et David Bowie.

Surtout, ils ne finiront pas d'encourager la création d'oeuvres nouvelles, notamment par le biais du programme Fifty for the Future, soit 50 oeuvres commandées à parts égales entre compositrices et compositeurs que l'on pourra découvrir à leur concert. 

Le programme d'Ottawa inclut également des partitions signées des Canadiennes Nicole Lizée (Another living soul) et Tanya Tagaq (Sivunittinni), composées expressément pour Kronos.

« J'attends de nos compositeurs qu'ils s'expriment de façon très personnelle, précise David Harrington. Qu'ils trouvent leur propre voix et sachent la transposer dans leurs partitions. Quand nous réussissons à obtenir ce matériel musical, les concerts de Kronos peuvent exprimer cette personnalité, ce sentiment de franchise et de vitalité. C'est ce que nous recherchons à produire sur scène. »

Pour y aller

Quand ? 5 juillet, 19 h 30   

Où ? église unie Dominion-Chalmers 

Renseignements ? https://musicandbeyond.ca ou 613 241 0777




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer