Le musique canadienne d'un océan à l'autre

Eleanor McCain... (Simon Séguin-Bertrand, archives Le Droit)

Agrandir

Eleanor McCain

Simon Séguin-Bertrand, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Eleanor McCain vient de réaliser ce que nombre d'artistes ne pourront jamais s'offrir : un tour du Canada en musique avec l'enregistrement de 32 chansons canadiennes auprès des plus grands orchestres du pays.

Mais ce n'est pas tout : la soprano a expressément commandé, pour chaque pièce, des arrangements symphoniques à 14 compositeurs canadiens. L'héritière de l'empire alimentaire McCain, chanteuse passionnée, sait bien s'entourer. D'amis, avant tout, qui subliment son univers et y insufflent du rêve pour lui faire réaliser le sien, comme son réalisateur Don Breithaupt.

Son double album True North : The Canadian Songbook consacré à la musique canadienne de mari usque ad mare, paraîtra le 12 mai prochain. Il s'accompagne d'un beau livre retraçant la création de ce projet pancanadien, de St. Johns à Victoria, pour enregistrer plus de 150 minutes de musique en compagnie de dix orchestres différents, incluant l'Orchestre Symphonique de Québec et celui du Centre national des arts.

La chanteuse torontoise en visite à Ottawa reçoit dans le velours des salons du château Laurier, à deux pas du CNA où elle a réalisé les reprises de sept chansons.

« Mon précédent disque a été créé à Moscou et je me souviens m'être sentie un peu coupable de ne pas l'avoir fait au Canada, reconnaît-elle. Cette fois, j'ai voulu montrer aux gens la beauté de nos orchestres, leur capacité à travailler sous différents angles, à s'adapter à un univers de musique pop. »

Les titres retenus cartographient la diversité musicale canadienne d'est en ouest, privilégiant les plus grands noms de la chanson canadienne, de l'imputrescible Hallelujah de Leonard Cohen, à Run to you de Bryan Adams, If you could read my mind de Gordon Lightfoot ou Angel de Sarah McLachlan. Deux titres en français se fraient une place discrète dans le répertoire sélectionné : le Monde est stone et Aujourd'hui, je dis bonjour à la vie, tous deux enregistrés avec l'OSQ. Dans le beau livre accompagnant le double-album, Serge Fiori partage la genèse de sa chanson, composée rapidement un jour de printemps.

« La plupart des artistes m'ont envoyé un commentaire personnel sur la chanson que j'avais choisie d'eux », se réjouit la soprano qui a judicieusement nourri son bel ouvrage de ces apports inédits.

« Étant donné que je les ai reçus avant qu'on enregistre, mon interprétation s'en est trouvée enrichie, comme si un autre niveau d'intimité s'ajoutait aux paroles. »      

Un album tout personnel, fruit d'un respect artistique et d'une affection particulière pour les talents nationaux. Outre la collaboration de nombreux instrumentistes et chanteurs (Roch Voisine prêt sa voix à I'll be there), photographes et couturiers ont également été sollicités dans la mise en beauté du livre True North : The Canadian Songbook. Des designers canadiens se sont plu à traduire son identité de femme d'affaires moderne en parures somptueuses pour des séances photos de haute-couture en pleine nature.

« Nous, Canadiens, sommes généralement très modestes et faisons profil bas. Les 150 ans du Canada nous donnent l'occasion d'être fiers de ce que nous représentons, fiers de notre musique et de la beauté de nos paysages. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer