L'ultime prestation

Rebecca Noelle vient tout juste de raccrocher avec son coach Marc Dupré... (Courtoisie, OSA Images)

Agrandir

Courtoisie, OSA Images

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rebecca Noelle vient tout juste de raccrocher avec son coach Marc Dupré après avoir tendu l'oreille pour la première fois à la chanson qu'il lui a écrite et composée pour la grande finale de La Voix de dimanche soir, au moment où Le Droit l'attrape dans le train entre Montréal et Ottawa. « Je suis soulagée : la chanson est en français, mais Marc a vraiment travaillé le texte avec des mots et des conjugaisons de verbes avec lesquels je suis plus familière. Et puis, il a réussi à me donner des moments pour briller, des moments de grande retenue, d'autres d'émotions plus dramatiques ! J'ai vraiment hâte de la chanter ! » clame gaiement l'anglophone de 32 ans.

L'Ottavienne entend donc profiter de son aller-retour entre les deux villes pour apprendre les paroles de « sa » chanson, en prévision des répétitions à venir. Son truc ? « Je vais évidemment l'écouter encore et encore. Mais ma façon d'assimiler un texte, c'est d'en réciter chaque ligne à l'envers, pour bien m'imprégner de chacun des mots. Quand j'arrive à réciter une chanson à l'envers du début à la fin, je sais qu'elle fait partie de moi ! »

Et comment entrevoit-elle la finale, face à Frank Williams (équipe Isabelle), Ludovick Bourgeois (équipe Éric) et David Marino (équipe Pierre, dont elle faisait elle-même partie jusqu'à ce que Marc la « vole » à la suite de son Duel) ? « Tout ce que je souhaite, c'est rendre justice à la chanson que vient de m'offrir Marc, soutient-elle. C'est la seule chose que je contrôle, étant donné que je ne sais pas ce que les autres interpréteront, ni comment ils le feront, ni comment les gens réagiront à nos prestations... »

Or, si Rebecca Noelle (qui a lancé son deuxième album studio, Soulstice, en décembre dernier) s'est initialement rendue à Montréal pour les auditions de La Voix, c'est justement parce qu'elle avait déjà tourné au Québec avec David Gogo, il y a environ cinq ans. « Le public y est beaucoup plus accueillant, ouvert d'esprit et connaisseur qu'ailleurs au pays. En tout cas, il sait apprécier les improvisations jazz. Ç'a été l'expérience de tournée la plus chaleureuse et enthousiasmante  que j'ai vécue sur tout le continent nord-américain. J'ai donc voulu aller voir quelle place il pouvait y avoir pour moi au Québec, malgré la barrière de la langue », explique-t-elle.

Cette dernière a craint que le fait de ne pas parler français couramment lui soit reproché par les spectateurs, et se reflète dans le vote populaire à compter de l'étape des Directs. « Mais les efforts que je fais semblent être appréciés des gens. Je n'en reviens pas encore de la chaleur des gens ! » fait valoir celle qui a certes obtenu la visibilité qu'elle souhaitait, en atteignant la finale.

« C'est là le plus grand changement pour moi, côté carrière : j'ai pu entrer directement en contact avec le public dont je voulais être entendue. J'espère maintenant que je vais pouvoir tourner au Québec avec mon propre matériel. »

La Voix lui aura également permis de prendre conscience qu'elle n'est pas aussi « invincible » qu'elle le croyait, sur scène. 

« À force de chanter mon répertoire devant des gens qui me connaissent bien, accompagnée de mes musiciens et dans des endroits où j'ai mes aises, j'étais devenue un peu paresseuse, comme si je tenais la foule pour acquise et qu'on me pardonnerait vite un mot oublié ou une fausse note. Sur le plateau de La Voix, j'ai renoué avec le stress, les paumes moites et les genoux qui tremblent. Mais j'ai surtout retrouvé le besoin et, plus encore, le désir, d'aller toucher chaque personne là où elle est », conclut celle qui foulera les planches d'une des scènes du Bluesfest, le 9 juillet, entre autres prestations déjà prévues à son horaire estival.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer