Leonard Cohen honoré deux fois

Feist a chanté un hommage à Leonard Cohen,... (Sean Kilpatrick, La Presse canadienne)

Agrandir

Feist a chanté un hommage à Leonard Cohen, dimanche soir.

Sean Kilpatrick, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Byline Isabelle BriseboisLe Droit AffairesPATRICK WOODBURY, LeDroit
Isabelle Brisebois

Collaboration spéciale

Le Droit

Même disparu, Leonard Cohen continue de rallier l'industrie de la musique canadienne, le Montréalais s'étant vu décerner, à titre posthume, les prix de l'artiste et de l'album de l'année aux Juno 2017.

Lors du gala présenté dimanche au Centre Canadian Tire, Adam Cohen s'est avancé au micro, solennel, pour recevoir la distinction, accompagné de son fils de 10 ans, Cassius, coiffé d'un chapeau. «Mon père m'a dit qu'il me voyait avec un Juno dans le futur. Et ce Juno, c'est le sien que voici », a-t-il lancé de sa voix grave avant de quitter avec fiston, quelque peu perplexe, semble-t-il, que Shawn Mendes n'ait pas gagné dans cette catégorie...

Ce même Shawn Mendes est aussi monté sur les planches pour donner une prestation et recevoir le prix du choix des fans. «Merci à mes admirateurs, vous êtes incroyables, je ne peux demander mieux », a conclu rapidement le chouchou des jeunes filles qui, par leurs cris stridents, avaient précédemment fait saigner les tympans de toutes les personnes présentes sur le tapis rouge.

Dans la catégorie « découverte de l'année » le trophée a été décerné à Ruth B qui a tenu à rappeler « que peu importe d'où l'on vient et qui l'on est, si l'on a une passion, il faut la suivre ».

Alessia Cara est repartie quant à elle avec le trophée de l'album pop de l'année pour Know-it-All, laissant Shawn Mendes et Marianas Trench bredouilles, notamment. «Wow, je tremble, s'est-elle écriée, émue. Cet album compte énormément pour moi, c'est mon premier. Je tiens à remercier particulièrement mon père qui était toujours là, à mes côtés, en studio.»

Sans surprise, The Tragically Hip a récolté le prix du groupe de l'année. « Il y a 26 ans, nous sommes montés pour la première fois sur la scène des Juno. À l'époque, seulement deux ou trois personnes croyaient en nous. Visiblement, les choses ont changé », a constaté en riant Rob Baker.

Étonnamment, après des remerciements qui s'étiraient au-delà du temps prescrit, les organisateurs ont tout simplement coupé le son, le groupe ne pouvant terminer son discours, ni mentionner Gord Downie, malade et absent. Ce dernier a toutefois reçu de son côté le prix de l'auteur de l'année pour Secret Path.

Quelques heures avant le gala, Laurence Nerbonne s'est amenée sur le tapis rouge, resplendissante, et surtout fière d'avoir remporté samedi soir le Juno de l'album francophone. « Je reçois tellement d'amour, cela fait chaud au coeur, a-t-elle dit les yeux brillants et le sourire dans la voix. Ce genre de récompense nous donne le gout de continuer, même dans les moments les plus difficiles. Et puis cela me permet de prendre la parole, de rappeler aux femmes d'être maîtres de leur art, d'essayer d'en contrôler tous les aspects. En musique, plusieurs secteurs sont dominés par des hommes, que ce soit la production, la réalisation, le son, la distribution ou autres. Il faut oser et ne pas avoir peur de dire tout ce que nous sommes capables de faire. »

Au total, quelque 40 prix Juno ont été remis aux artistes et artisans de la scène musicale canadienne.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer