Un double anniversaire épique

Sous la baguette du chef Yves Léveillé, l'Orchestre... (Martin Roy, archives Le Droit)

Agrandir

Sous la baguette du chef Yves Léveillé, l'Orchestre symphonique de Gatineau s'attaque au célèbre Carmina Burana de Carl Orff. Pour en rendre le souffle épique, 180 choristes les rejoindront sur scène.

Martin Roy, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une partition à donner des frissons, un souffle épique et exalté, la «référence des références» en classique... Carmina Burana soulignera un double anniversaire les 31 mars et 1er avril, à la salle Odyssée: le demi-siècle du Conservatoire de Gatineau et les 10 ans de l'Orchestre Symphonique de Gatineau (OSG). Son fondateur et chef d'orchestre Yves Léveillé explique cette célébration commune en grande pompe.

«Le Conservatoire, depuis les tout débuts, supporte l'OSG, fait-il valoir. J'ai déjà dirigé Carmina Burana pour le Conservatoire en 1998 et à l'aréna Robert-Guertin en 2003 dans une adaptation pour deux pianos, percussions et choeurs. C'est une oeuvre qui rejoint beaucoup de monde.»  

Même les béotiens en musique classique reconnaîtront ce «tube» du genre. Son souffle épique est souvent repris au cinéma (d'Excalibur à Jackass), mais aussi dans les publicités ou les jeux vidéo. Sur scène, cette oeuvre maîtresse d'un compositeur controversé, Carl Orff, convoque une armada de choeurs et musiciens.

Ils seront 180 choristes de trois ensembles réunis et quelque 80 instrumentistes sur la scène de la Maison de la culture repensée pour l'occasion. 

À l'avant-scène, trois solistes se joignent à la distribution: la soprano Anna-Sophie Neher originaire de l'Outaouais, le baryton Jeffrey Carl et le ténor Antoine Bélanger - dont le père, également soliste, avait chanté la même partition dans la production de 2003.

«Tout le monde se demande comment on va tenir sur scène...» 

« On enlève la toile de l'arrière-scène, ça nous donne l'espace nécessaire pour installer les choristes sur six niveaux. Ça va être haut!» sourit M. Léveillé.

Le chef d'orchestre de l'OSG a déjà vécu l'expérience des concerts grand format, à l'aréna Guertin notamment.

«Il y avait 250 choristes, 75 musiciens, 2500 personnes. On vendait du popcorn, ils avaient installé une boule disco.»

Autre décennie, autre ambiance à la salle Odyssée.

Avec l'expérience, M. Léveillé a surtout pris soin de travailler la prononciation avec ses choristes afin qu'ils articulent correctement «un mélange de latin médiéval et d'allemand». 

Maîtrise rythmique, clarté d'énonciation, travail investi sur les consonnes... «Je me suis inspiré des concerts faits en Europe où des exemples ont été donnés.» 

Mais quand on lui demande sa version préférée de cette cantate scénique créée en Allemagne en plein Troisième Reich, Yves Léveillé n'hésite pas une seconde: «Celle avec Charles Dutoit et l'OSM, avoue-t-il. La prononciation est excellente, l'énergie est bien rendue et représente fidèlement les textes de Carmina Burana

Félix Dallaire et le trio Neutrino en ouverture

L'OSG présentera en première partie une prestation de Félix Dallaire, lauréat du premier concours OSG / 50e anniversaire du Conservatoire. Le guitariste interprétera les deuxième et troisième mouvements du Concerto no 1 en ré majeur de Mario Castel­nuovo-Tedesco. 

Toujours en première partie, le trio Neutrino interprétera à son tour le Concerto pour violon, violoncelle et piano de Beethoven.

Pour y aller

Les 31 mars et 1er avril, 20 h

Où ? Salle Odyssée

Renseignements ? www.salleodyssee.ca ou 819 243-2525




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer