Vanessa Lavoie et ses papillons américains

Vanessa Lavoie... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Vanessa Lavoie

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La chanteuse gatinoise Vanessa Lavoie lance ce samedi 3 décembre, dans le cadre d'une grande Soirée country organisée à l'École secondaire Mont-Bleu, Butterfly Feeling, un album qu'elle est allée enregistrer à Nashville l'été dernier, en compagnie de solides pros.

Et même si elle devra partager la scène avec 15 représentants (voir encadré) du gratin country de l'Outaouais, l'étoile montante pourra se sentir comme une princesse, puisqu'elle bénéficiera d'un plus long segment pour partager ses nouvelles chansons.

Grâce aux contacts de son gérant, le musicien américain Jim Richardson Jr, la chanteuse vient de signer, à 22 ans à peine sonnés, un disque richement orchestré, d'excellente facture, réalisé par Barry Wayne, propriétaire du studio ToneSlinger, en compagnie de musiciens de premier ordre. Ce studio de Nashville est fréquenté par Garth Brooks, entre autres.

« Quand les musiciens arrivaient, ils ne connaissaient même pas mes chansons. Ils  prenaient 10 minutes pour défricher les morceaux , puis on allumait les micros et c'était du one take. C'était parfait. Ils ne faisaint pas de la musique, mais de la magie ! » 

Quelques petites retouches ont ensuite été faites au studio gatinois de Francis Hehle, O-Zone production. 

Seule chanson a avoir subi une processus différent, Daddy's Love a été enregistrée à La Sly Room, à Gatineau, avec Sylvain Lavoie et André Varin, qui en signe les arrangements. Vanessa Lavoie estimait que ce morceau n'était pas tout a fait prêt, lors de la session américaine. Or, il a une une importance particulières à ses yeux puisqu'il s'agit d'une de ses deux composition originale (l'autre étant Wasting Time). Un exercice auquel elle se frottait pour la toute première fois. 

Pièce autobiograhique, Daddy's Love  évoque ce père qui l'a « abandonnée » lorsqu'elle était très jeune. Elle n'y règle pas de comptes, mais reconnaît avoir mis ses tripes sur la table « C'est une chanson sur l'absence. Je lui dis que j'ai rêvé qu'on était ensemble... » Au réveil, fusent les regrets et les reproches. « En spectacle, un homme est venu me dire qu'il avait vécu la même chose et qu'il avait pleuré en entendant ma chanson. J'ai réalisé qu'elle allait parler à beaucoup de monde. Et que la musique guérit », dit-elle.

Chanson déjà primée

L'album a été baptisé Butterfly Feeling en référence au nom de la chanson-titre, que lui a offerte l'an dernier M. Richardson Jr. Cette «carte de visite» a permis aux radios américaines de découvrir la Gatinoise. L'apprivoisement fut instantané :  la pièce a connu un joli parcours, recevant en mars 2016 le prix de la chanson coutry/pop de l'année au Akademia Music Award de Los Angeles, et  une nomination au gala des IMEA (International Music and Entertainment Association), tenu en octobre dernier.

Mais le titre renvoie tout autant aux papillons qui  virevoltaient dans son estomac durant toute cette aventure américaine - et qui se remettent à s'agiter, à quelques jours du lancement, confesse-t-elle. 

Étrangement, il n'a jamais cherché à évoquer le sentiment qu'aurait eu la jeune artiste de sortir de sa chrysalide, en passant du statut d'interprète à celui d'auteure. Vanessa Lavoie reconnaît néanmoins qu'elle avait un peu l'impression de stagner au Québec, malgré ses participations au festival country de St-Tite (huit ans d'affilée) et dans la région (elle sera à nouveau au Festival country du Grand Gatineau, le 6 août prochain). Même malgré les 500 et quelques concerts accumulés au compteur depuis ses débuts professionnels... effectués à l'âge précoce de 13 ans. 

N'ayant pas un irrépressible besoin d'écrire, elle avait repéré sur Internet plusieurs chanteurs country américains disposés à lui céder leurs compositions. C'est notamment le cas de Jon D'Agostino, dont elle reprend quatre chansons, parmi les meilleures de l'album.

Bobby Fischer

Un « grand » de l'industrie, Bobby Fischer (qui a écrit des chansons pour Faith Hill, Garth Brooks, Reba McIntire et... Céline Dion) est aussi tombé sous le charme vocal de la Gatinoise. Il a fait le déplacement jusqu'au ToneSlinger pour la voir et l'entendre chanter la ballade The Times of Her Life, qu'il venait de lui offrir.

Ils se sont d'ailleurs lié d'amitié, avance-t-elle. Lorsqu'elle est retournée à Nashville, six mois plus tard, cette fois pour faire du tourisme, elle a retrouvé le vétéran « chez lui, dans cette maison aux murs recouverts de disques 'platine' ». Il lui a même demandé de signer sa guitare, où figurent déjà les autographes de nombreux artistes.

En anglais seulement

L'album, évidemment, est entièrement en anglais, la chanteuse ne cachant pas ses ambitions internationales. Son rêve vient donc de franchir une première étape importante. Et déjà, il a un prix. « Mon public commence à me reprocher de ne pas avoir fait de chanson en français. J'adore chanter dans ma langue, je le fais [systématiquement] en concert », se défend-elle, tout en assumant la fonction « stratégique » de l'album.

Elle a privilégié des chansons auxquelles elle allait « pouvoir apporter quelque chose ». Mais, surtout, « je cherchais des hits. [...] J'ai choisi des chansons au style musical plus récent, plus commercial», explique celle qui ne joue pas d'instrument, mais qui «entend les orchestrations et les arrangements» lorsqu'une mélodie lui trotte dans la tête.

Jim Richardson Jr s'attelle présentement  à lui organiser une tournée aux États-Unis.

La fine fleur du country local

À cette Soirée country se relaieront plusieurs artistes locaux qui font office de vétérans: Phil Denault, Guy Marcoux - à qui Vanessa Lavoie dit devoir sa carrière; c'est lui qui, le premier, a cru en elle et l'a invitée à monter sur scène, il y a dix ans, à l'occasion du lancement d'un de ses albums à lui), James Payette, Sylvain Simard, Daniel Bertrand, Carol Renaud, Justin Lagacé et l'Ontarien Eric Michael Hawks. 

Du côté des filles, sont attendues Lise Gelineau, Stéphanie Osborne et Julie Maisonneuve, ainsi que Johanne Caroll à l'animation. 

Les 13 artistes seront épaulés par SylDan, incontournable house band de la scène country, composé de Sylvain Lamothe et Dany Denis - qui seront cette fois en formule trio avec Patrick Bessette.

Pour y aller

Le 3 décembre, à 18h30

École secondaire Mont-Bleu

(389, boul de la Cité des Jeunes)

Facebook.com (Julie Lavoie)

819-439-4025 ; 819-962-5253 ; 819-669-7761

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer