La fin tragique des «Hip»

Gord Downie et les Tragically Hip ont entamé... (Caroline Grégoire, Archives Le Soleil)

Agrandir

Gord Downie et les Tragically Hip ont entamé leur tournée d'adieu pancanadienne en juillet.

Caroline Grégoire, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des ovations et une révérence. Celles échangées entre un public canadien et ses idoles. Depuis le 22 juillet, les Tragically Hip se sont lancés dans une tournée d'adieu pancanadienne et c'est maintenant au tour d'Ottawa de les accueillir, le 18 août au Centre Canadian Tire. Un avant-dernier concert avant l'ultime prestation prévue à Kingston, berceau des « Hip ». Les inconditionnels du groupe retiennent leur souffle. Est-ce vraiment la fin?

C'est l'un des grands mythes de la vie d'artiste. Mourir sur scène. Flamber une dernière fois sous les lumières des projecteurs et disparaître. 

Gord Downie, 52 ans, chanteur du groupe ontarien, entretient-il secrètement ce rêve? Sur son site Internet, on peut cliquer sur l'onglet « An important message from the band » en date du 24 mai. Les cinq membres nous expliquent que le leader des Hip a été diagnostiqué en phase terminale d'un cancer du cerveau, qu'il combat la maladie et qu'après plus de 30 ans de carrière, des milliers de concerts et des centaines de tournées...ils ont décidé d'en faire une autre !

Sans surprise, les billets pour ces spectacles se sont envolés en quelques minutes. À tel point que le groupe a instauré un système de tirage au sort afin de permettre à 50 spectateurs d'avoir accès à l'achat de billets, le jour même des concerts.    

Neuf heures de route

Josée Laroche n'a pas attendu d'en faire partie. La fan québécoise exilée en Pennsylvanie, aux États-Unis, a déjà acheté ses places depuis belle lurette. Elle est prête à braver des kilomètres avec époux et enfant pour venir applaudir une dernière fois son groupe préféré. Neuf heures de route, un camping déjà réservé dans le secteur de Kanata, et l'espoir de rencontrer d'autres admirateurs qui comptent assister à cet ultime rendez-vous des Hip. 

« C'est difficile d'imaginer ce qui se passera à ce concert, dit-elle avec émotion. Mes attentes seraient en deçà de la réalité, mais je pense qu'il y aura beaucoup de larmes. »     

Pour témoigner leur attachement au groupe, leur soutien au chanteur, ils patientent entre inconditionnels sur les réseaux sociaux. Bons plans, marques d'affection, inquiétudes partagées, photos et vidéos échangées...

Les nouvelles merveilles technologiques - smartphones et tablettes - sont devenues incontournables en concert, permettant d'immortaliser les chansons préférées et d'en faire profiter les autres sur la Toile. « J'ai déjà visionné quelques extraits de leurs précédents shows sur Periscope, leur performance semble incroyable », raconte Mme Laroche. 

Partie du Québec depuis une douzaine d'années, elle les a surtout vus en spectacles aux États-Unis, où l'engouement est moindre qu'au Canada. 

« Des concerts dans de plus petites salles, avec des billets d'admission générale », se souvient-elle. C'est le privilège des salles plus intimes, aussi, où l'inconditionnelle assise au premier rang a réussi à repartir avec le mouchoir du chanteur, un jour de chance. Elle trépigne d'impatience de les applaudir dans la province qui les a vu naître. « Ce sera fantastique et très difficile en même temps ».     

À quelques jours des ultimes adieux, l'excitation est réelle, l'attente est énorme car les Hip, dans l'inconscient collectif canadien, reste l'un des plus grands groupes contemporains du pays. Plus « hip » et « tragiques » que jamais...

Pour y aller

Quand: 18 août

Où: Centre Canadian Tire

Renseignements: www.CapitalTickets.ca

Saviez-vous que...

• Le maire de Toronto, John Tory, a proclamé la journée du 10 août « The Tragically Hip Day », en hommage au groupe qui a fait ses adieux à Toronto par trois concerts à guichets fermés. Mais pas de journée spéciale à Ottawa, au grand dam des admirateurs : « Un conseiller a joint le management du groupe qui a poliment refusé. Nous respectons leur souhait », a tweeté le maire d'Ottawa Jim Watson. En toute honnêteté...

• En plus de trente ans de carrière, le groupe a récolté 14 prix JUNO et a été intronisé au Canada's Walk of Fame en 2002 (entre David Foster et Monty Hall) et au Canadian Music Hall of Fame.

• Timbré! Les Tragically Hip font partie des quatre groupes canadiens sélectionnés par Canada Post pour figurer sur le dernier volet de la série philatélique sur les artistes canadiens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer