« Toutes les vies comptent »

Un des membres du groupe The Tenors a... (AP, Gregory Bull)

Agrandir

Un des membres du groupe The Tenors a modifié une ligne du Ô Canada, mardi, au match des étoiles de la Ligue majeure de baseball à San Diego. Plutôt que de chanter «With glowing hearts we see thee rise. The True North strong and free.», Remigio Pereira a chanté «We're all brothers and sisters, all lives matter» (Nous sommes tous frères et soeurs, toutes les vies ont de l'importance) en référence aux tensions raciales qui font rage aux États-Unis.

AP, Gregory Bull

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'hymne national canadien qui a été modifié mardi soir par le groupe The Tenors lors d'un tournoi sportif pour y insérer un message politique en a fait réagir plus d'un, mercredi, sur les réseaux sociaux, dont le député péquiste Jean-François Lisée et le coloré commentateur sportif Don Cherry.

Plutôt que de chanter « With glowing hearts we see thee rise, the true north strong and free » (Car ton bras sait porter l'épée, il sait porter la croix), Remigio Pereira a chanté « We're all brothers and sisters, all lives matter » (Nous sommes tous frères et soeurs, toutes les vies comptent) en référence aux tensions raciales qui font rage aux États-Unis.

L'expression « toutes les vies comptent » est souvent utilisée par des conservateurs américains en réponse au populaire slogan « La vie des Noirs compte » (« Black Lives Matter », en anglais).

Au Québec, le député de Rosemont Jean-François Lisée a débattu avec plusieurs internautes sur Twitter après avoir apparemment exprimé son appui au groupe. M. Lisée avait rétorqué à des internautes qu'il était en faveur du mouvement Black Lives Matter, mais qu'il était aussi solidaire des policiers blancs morts à Dallas.

Le député péquiste a, depuis, supprimé le message qui avait suscité la controverse.

Joint par téléphone, M. Lisée a dit d'un ton laconique qu'il avait « mal compris ce qui s'était passé » et que les « internautes avaient été assez gentils pour l'éclairer là-dessus ». « J'ai vu les dépêches ce matin et j'ai mal interprété leur geste (celui du groupe) », a-t-il ajouté.

Dans le reste du Canada, le commentateur sportif Don Cherry a pour sa part affirmé que cette nouvelle version « avait embarrassé les Canadiens ». « Pouvez-vous imaginer ce que les Américains pensent de nous maintenant ? » a-t-il lancé dans un message partagé sur Twitter, avant de souligner que tous les gens de gauche du pays « étaient contents ».

Il a par ailleurs décoché une flèche à l'endroit du groupe : « Ce sont de bons chanteurs, mais quelle bande d'idiots. C'est triste, il n'y en avait qu'un et ça a été fait par un Américain. »

L'Américain en question est Remigio Pereira. L'homme est né à Boston de parents portugais, mais il a grandi à Gatineau, où il a d'abord appris la guitare au Conservatoire de musique de Gatineau, puis le chant, parallèlement à ses études à l'Université d'Ottawa. Il a d'ailleurs fait partie des distributions de quelques productions d'Opéra Lyra.

Le groupe s'est excusé sur sa page Facebook concernant le « geste de Remigio Pereira » qui a changé les paroles du « précieux hymne ». Le message indique que M. Pereira ne chantera plus pour le groupe « jusqu'à nouvel ordre ».

Avec LeDroit

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer