La relève se taille sa propre place

Michel Rivard et les lauréats de Gatineau prend... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Michel Rivard et les lauréats de Gatineau prend la scène, Maggie's March, Maxime Berthiaume et Genevieve Roberge-Bouchard.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour la 14e édition, avec comme parrain d'honneur Michel Rivard, Gatineau prend la scène promeut la relève locale en chanson, via ateliers d'écriture, formations sur la mise en scène et le droit d'auteur dûment supervisés par Claire Duguay. La promo 2016 est composée de cinq auteurs-compositeurs-interprètes, qui présenteront en bouquet final leur travail de stage trois lundis de suite, à partir du 4 juillet. Programmés en première partie d'artistes chevronnés, ils auront 20 minutes pour séduire un public qui ne les connaît pas forcément. Lorsque LeDroit les a rencontrés à la Maison de la culture de Gatineau, instigatrice de l'événement, les candidats, fébriles, venaient de participer à une table ronde avec Michel Rivard.

« Il nous a rappelé la base de l'écriture d'une chanson et a partagé quelques astuces en cas de panne d'inspiration », résume avec enjouement Geneviève Roberge-Bouchard. La jeune chanteuse et pianiste a appris que, pour l'auteur de Je voudrais voir la mer,« certaines chansons s'écrivent à une table, d'autres en marchant ». 

Maxime Berthiaume, l'aîné des participants, a surtout retenu de ne pas trop se prendre la tête : « C'est juste une chanson, après tout, les échecs ne représentent pas la fin du monde », relaie-t-il à son tour.

Un prix « coup de coeur du public » d'une valeur de 500 $ sera remis à l'un des candidats, à l'issue du concert de Michel Rivard, le 25 juillet. 

« Je leur ai expliqué ma vision du métier, raconte le parrain de la vitrine culturelle. J'ai essayé de leur communiquer le plaisir que j'ai aujourd'hui à faire ce métier, égal à celui que j'avais quand j'ai débuté. »

Quid des conseils pratico-pratiques ? « Essayer de penser à long terme car le succès n'est jamais définitif. Gagner un concours ou sortir un disque à succès ne signifie jamais qu'on est arrivé. Sans oublier le plus important : rester intègre. Il ne faut pas changer son style pour répondre à la mode, ni se formater dans l'espoir d'être joué à la radio. Le public est à conquérir en concerts, grâce aux radios communautaires, sur Internet aussi. Mais surtout, travailler dans le plaisir ! »

Les artistes sélectionnés parmi une quinzaine de candidatures se produiront sur la grande scène de la place de la Cité, située à l'angle du boulevard de la Gappe et du boulevard de la Cité, à Gatineau. Les gens qui le désirent peuvent apporter leur chaise pour assister à la représentation.

Maggie's March, 59 ans à trois

Maggie's March... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Maggie's March

Etienne Ranger, LeDroit

Tristan Guay, Louis-André Jalbert et Derek Ojeda semblent fraîchement diplômés du secondaire. En 2015, les deux premiers sont repartis bredouille des auditions du concours - « C'était la première fois qu'on jouait devant un public autre que nos amis et parents.» On leur conseille de tenter leur chance avec plus d'expérience. Derek Ojeda les rejoint et le trio ne tarde pas à prendre son envol sur les scènes hulloises. Il enchaîne les premières parties : Philippe Brach, Pandaléon, et celle de Rosie Valland au Petit Chicago le 23 juillet. Ils ont sorti leur premier EP le 23 juin. Pourquoi Maggie's March ? « C'est le nom de mon chien », rétorque Tristan Guay.  

En première partie de Sally Folk le 18 juillet à 19 h 30

Maxime Berthiaume, 35 ans

Maxime Berthiaume... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 5.0

Agrandir

Maxime Berthiaume

Etienne Ranger, LeDroit

Établi à Ripon, dans la Petite-Nation, Maxime Berthiaume s'est fait connaître en créant Espace Forain en 2007, une troupe de théâtre de rue en pleine activité. « J'aime le changement, j'étais prêt à vivre autre chose », évoque cet accordéoniste pour qui la musique traditionnelle est une affaire de famille. Une peine d'amour l'inspire au coeur de l'hiver ; il compose ses premières chansons - « une dizaine enregistrées sur iPhone et envoyées au concours. » Son style ? La musique décomplexée et sans chichi. « Je n'essaie pas d'avoir une belle voix, dit-il. Je chante comme si j'allais enterrer 20 personnes en party de cuisine !».

En première partie de Dominique Hudson le 4 juillet à 19 h 30

Geneviève Roberge-Bouchard... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 6.0

Agrandir

Geneviève Roberge-Bouchard

Etienne Ranger, LeDroit

Geneviève Roberge-Bouchard, 22 ans

Son CV multiplie les concerts et trophées. Cette pianiste née à Ottawa a étudié au collège Lionel-Groulx avant de s'inscrire à l'École nationale de la chanson à Granby. Elle a écumé les scènes en duo avec le guitariste Alain Barbeau (un ancien participant du concours), avec qui elle sortira On est les deux le 27 septembre prochain, album enregistré à Saint-Élie-de-Caxton où se mitonne la musique de Fred Pellerin. Gatineau prend la scène constitue, à ses yeux, « une formidable vitrine pour le futur album ». « Comme le concert est gratuit et en extérieur, les possibilités de se faire découvrir sont illimitées ! » 

En première partie de King Melrose le 11 juillet à 19 h 30 

Pour y aller

Les lundis soirs, jusqu'au 25 juillet

Place de la Cité (salle Odyssée en cas de pluie)

819-243-2525 ; salleodyssee.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer