Les Lost Fingers... en français, SVP!

Les Lost Fingers... (Courtoisie)

Agrandir

Les Lost Fingers

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Chanter du Aznavour, pour un anglo, c'est tout un défi. Je suis pas mal fier de moi de réussir à le faire!» lance Byron Mikaloff, le guitariste et chanteur des Lost Fingers.

Entouré de sa bande (Alex Morissette, Valérie Amyot et François Rioux) et de quelques invités (dont Pascale Picard), le groupe revisitera des pièces du répertoire de la chanson française, incluant La Bohème, lors de son passage à L'Outaouais en fête, ce samedi.

«Quand tu t'attaques à des tounes comme La Bohème, une chose est claire: tu ne peux pas botcher la job! soutient-il en riant. Jusqu'à maintenant, quand venait le temps de chanter en français, j'avais toujours passé la puck à quelqu'un d'autre. Pas cette fois! J'ai beaucoup travaillé ma voix, mes intonations et ma prononciation au cours de la dernière année. La barre était haute et j'avais du chemin à faire, mais j'ai mis les efforts nécessaires, avec toute la gang

Succès sauce manouche

Résultat: The Lost Fingers a un tout nouveau spectacle exclusivement en français dans ses valises.

«On a vraiment hâte de le présenter aux gens de votre région, qui ont plus l'habitude de nous voir sur scène de l'autre côté de la rivière, à Ottawa, et en anglais.»

Tant Pascale Picard que Valérie Amyot et les autres Fingers iront de leurs coups de coeur, ratissant de Sympathique de Pink Martini à Désenchantée de Mylène Farmer, en passant par Manu Chao, Stromae ou encore Desireless.

«Ce sont toutes des bombes, qu'on reprend à notre sauce 'gitanesque'.»

Et histoire de mettre Django Reinhardt et le jazz manouche à l'honneur, trois pièces instrumentales seront aussi au menu.

«Avec Sylvain Nault au violon, ça 'torche' comme on dit en bon québécois!» prévient Byron Mikaloff.

Si ce dernier est heureux de proposer ce spectacle francophone, il ne cache pas non plus les raisons financières inhérentes au projet.

«Ça va nous permettre d'ajouter entre 10 et 15 shows à notre horaire par année», soutient l'artiste, qui est aussi homme d'affaires, puisqu'il gère le groupe avec son collègue musicien Alex Morissette.

Désormais «100 % indépendants» - ils ont racheté les bandes maîtresses du groupe - MM. Mikaloff et Morissette s'activent à établir de nouveaux partenariats. Entre autres pour produire leur album de Noël, Christmas Caravan, dont la sortie est prévue pour novembre.

«Seize musiciens de partout dans le monde vont jouer avec nous sur ce disque!» clame Byron Mikaloff.

Au final, avec leurs deux spectacles en anglais (dont celui misant sur les succès des années 80), les Fingers en ont aujourd'hui quatre prêts à être présentés en tout temps, ici comme ailleurs. 

«On va pouvoir dire oui, peu importe l'occasion, parce qu'on peut répondre à tous les besoins. On a surfé sur la vague Lost in the 80s, mais là, on a raffiné notre son, on est plus motivés que jamais et on est vraiment sur une nouvelle lancée», se réjouit le quarantenaire.

Pour y aller

Ce samedi, 19 h 45

Parc des Cèdres

festivaloutaouaisenfete.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer