Le nouveau visage de Blink-182

Le départ de Tom DeLonge et l'arrivée de... (Courtoisie)

Agrandir

Le départ de Tom DeLonge et l'arrivée de Matt Skiba donne un nouveau visage à Blink-182.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Blink-182 donnera à Montebello un petit avant-goût de ses nouvelles chansons. La sortie de California, septième album du trio pop-punk n'est prévue que pour le 1er juillet, mais la bande, bien qu'elle s'apprête à «jouer les plus gros succès de tous [ses] vieux albums» au Rockfest, ne résistera pas à la tentation d'y tester aussi quelques inédites, confie le batteur, Travis Barker.

«On va en jouer un peu. C'est délicat. On a décidé, en groupe, qu'on allait attendre la sortie du disque avant de proposer le plus récent matériel, mais c'est difficile. On va assurément jouer Bored To Death et Rabbit Hole... et sûrement des trucs comme Built This Pool et Bohemian Rhapsody», dévoile-t-il. 

C'est en compagnie de Matt Skiba (au micro et à la guitare) que se produisent désormais Travis Barker et Mark Hoppus. 

Leur «vieil ami» Skiba, leader et voix du Alkaline Trio, a fait ses débuts sur scène au sein de Blink-182 en mars 2015, remplaçant ainsi Tom DeLonge, membre original de la formation, mais évincé par ses deux comparses désireux de mettre fin aux tensions et incertitudes qui planaient sur le groupe depuis longtemps, et qui on éclaté au grand jour en janvier 2015.

Nouveau départ

L'album s'est fait attendre. Des mois de spéculations. Mais Skiba n'a rien du bouche-trou de service: très officiellement membre en règle de Blink depuis juillet 2015, il a très activement participé à l'enregistrement de California. On lui doit d'ailleurs le refrain de Bored To Death, l'énergique premier extrait issu de leur collaboration, sortie le 27 avril dernier. Postée sur YouTube, sa vidéo caracole déjà à 7 millions de visionnements, ce qui tend à prouver que les fans n'ont pas fui - ou à tout le moins qu'ils étaient très curieux.

Quoi qu'il en soit, le trio californien ayant écoulé quelque 50 millions de disques en 24 ans d'existence n'a aucune intention de ressasser le passé. «On se sent très bien, Mark et moi, [vis-à-vis de ce nouvel élan]. J'ai le sentiment qu'on a produit un des meilleurs albums. Ç'a été l'un des plus faciles et l'un des plus amusants à faire», lâche Barker, pour qui «l'avenir est rayonnant, pour Blink».

Continuité

Au niveau du son, pas de changement apparent majeur, la transition semble organique, se risque-t-on à estimer après une écoute rapide des six titres mis à disposition de notre oreille (mais devenus muets après trois éphémères écoutes).

Le choix s'est naturellement porté sur Skiba, que la bande connaît depuis près de 17 ans. Et peut-être, après tout, relevait-il de l'évidence... 

«On a fait pas mal de tournées ensemble, Blink et le Alkaline Trio, dont on était tous des fans. Moi, je les j'adore. Et puis Skiba habite à L.A. [Los Angeles], Matt aussi. Il passe pas mal de temps à mon restaurant, le Crossroads Kitchen [un resto végétarien huppé d'Hollywood, dont Barker est l'un des investisseurs vedettes, avec Steve Bing et Moby], alors je le voyais souvent là, avant même qu'il ne se mette à jouer avec Blink. On a toujours été amis. Il colle parfaitement au groupe», retrace le batteur.

Le public a très bien réagi à ce remaniement Blinkistériel, estime Travis Barker. 

« On avait beaucoup de plaisir à jouer ensemble et les spectacles se sont super bien déroulés, alors on a décidé de rentrer en studio pour explorer un peu ce que ça pouvait donner... et ça aussi c'était génial.» 

Les gars n'ont pas été difficiles à convaincre de revenir se produire au Rockfest de Montebello. «Je m'amuse toujours énormément, là-bas. Transplants, mon autre bande, a aussi joué là. C'est toujours des moments funs», assure le batteur qui, en marge du concert de Blink-182 - prévu le vendredi 24 juin, à minuit - offrira une prestation solo, un peu plus tôt en soirée.

Trop de bonnes chansons

California comprendra une quinzaine de chansons, parmi la trentaine que le trio, pris dans une frénésie de création, a enregistrées en compagnie de John Feldmann, un réalisateur rompu à l'exercice pop-punk (All Time Low; Good Charlotte; 5 Seconds of Summer, etc.). 

Lui aussi était nouveau dans l'équation - même si Travis et lui se connaissaient «depuis plus de 20 ans». Jerry Finn, réalisateur attitré du trio depuis l'Époque d'Enema Of The State (1999), est décédé en 2008. Pour le précédent album, Neighborhoods, paru en 2011, les membres du trio avaient décidé de s'installer eux-mêmes derrière la console de son.

Leurs sessions ont été si prolifiques et les chansons écartées sont de si bonne qualité, laisse entendre Barker, que Blink «envisage de lancer un mini-album aux alentours de Noël, avec ces restes». La bande avait fait la même chose avec Dogs Eating Dogs, un mini sorti dans la foulée de Neighborhoods.

Les chansons de la cuvée 2016 « parlent de toutes sortes de choses. Bored To Death traite de rupture; Rabbit Hole explore aussi les relations humaines. » Los Angeles, California et San Diego abordent « les hauts et les bas » de leur coin de pays. Leur côté 'ado révolté' s'exprime à travers des chansons comme Cynical et No future, tandis qu'un message plus mature perce sur Sober. «On n'a jamais été un groupe politisé. Notre écriture se nourrit soit d'expériences vécues, soit de choses qu'on connaît bien... »  

En studio, « on n'avait pas vraiment de direction ; on voulait seulement faire un album de Blink. On voulait juste faire ce qu'on sait faire [sans chercher à s']inspirer d'autres groupes ou d'autres sons en particulier. Et on était vraiment dans la même zone, tous, en ce qui a trait à ça », estime le batteur.

« Le disque n'est pas vraiment différent des précédents, répond Travis Barker lorsqu'on lui demande si California montre des signes de la maturité des musiciens. On a toujours fait des disques énergiques, mélodiques, fun, mais qui comportent en sourdine un ton beaucoup plus sombre. »

« À chaque fois qu'on fait une chanson comme Stay Together For The Kids, ou Adam's Song, on entend : 'Alors, ça y est ! Vous vous êtes assagis !?' alors qu'on a toujours fait des disques fracturés. »

Sur California, «la chanson plus sérieuse et la plus calme, c'est sûrement Home Is Such a Lonely Place, mais le disque a aussi son lot de chansons comiques».

Pour y aller

Amnesia Rockfest

Du 23 au 25 juin

Marina de Montebello

www.amnesiarockfest.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer