L'aurore de Marie-Pierre

Marie-Pierre Arthur s'est installée au Studio du Centre... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Marie-Pierre Arthur s'est installée au Studio du Centre national des arts, jeudi soir.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / «Vous êtes assis, mais vous n'êtes pas tranquilles! Super, c'est que je voulais, s'exclame Marie-Pierre Arthur, constatant que le public l'attendait impatiemment. Sous nos pieds, le plancher du Studio du CNA s'est mis aussitôt à vibrer, la puissance des amplificateurs poussant à fond les rythmes contagieux de la pop progressive de son nouvel album, Si l'aurore.

C'est qu'elle voyage en grand la Gaspésienne. Avec elle et sa basse, cinq musiciens, rien de moins: François Lafontaine (claviers), Sam Joly (batterie), Joe Grass et Guillaume Doiron (guitares) et Lisa Iwanycki-Moore (voix) pour nous amener dans une ambiance des années 1970 et 1980 avec en toile de fond sept colonnes de lumières rappelant l'ère disco. Nous voilà nostalgiques de l'époque où l'on écoutait des vinyles dans le sous-sol du bungalow, voire «la cave», sans oublier le vendredi soir où l'on allait se faire voir à la «roulathèque». 

De son plus récent album, La toile, Cacher l'hiver, Si l'aurore, Rien à faire, sa voix - toujours si juste - s'emparant langoureusement de chaque note, ses musiciens l'accompagnant d'envolées vocales tout en maniant l'instrument, le collectif en parfaite symbiose. Pour lever le voile sur Le Silence, du même opus, François Lafontaine offrira un solo de claviers psychédélique, la chanson se terminant sous les cris des admirateurs. 

Alors qu'on pensait que l'atmosphère ne pouvait pas être plus survoltée, Marie-Pierre Arthur a revisité ses premiers succès en leur donnant une couleur résolument pop-rock, notamment Fil de soie et Emmène-moi (Aux alentours), le sextuor s'en donnant à coeur joie dans l'improvisation pour étirer ici et là les compositions, au plus grand bonheur des spectateurs.  

En rappel, Si tu savais, à fond dans le tapis, le public enfin debout, pour finir avec Pourquoi en version acoustique. 

Mention toute spéciale à Marc-André Duncan au son et à Félix Desrochers aux éclairages pour avoir si habilement habillé l'univers de la chanteuse.

De ce spectacle, on retient qu'il s'est terminé beaucoup trop rapidement. 

Chose certaine, son nouvel album prendra toute son ampleur le 26 juin lors du 40e anniversaire de L'Outaouais en fête devant les festivaliers du parc des Cèdres. À ne pas manquer, d'autant plus que Louis-Jean Cormier la succèdera.

Unis par le chant 

En début de spectacle, trois caméras se font remarquer dans la salle. «Rassurez-vous, précise Xavier Forget, producteur associé de la série Le CNA, nous n'avons pas renforcé les mesures de sécurité.» 

Dès le 5 juillet, Unis par le chant, une nouvelle émission animée par Nicolas Tittley et produite par Attraction images prendra l'affiche les mardis 21h sur Unis TV. 

Chaque semaine, un artiste canadien en tournée auditionnera trois chanteurs émergents dans les villes canadiennes où il se produit pour ensuite choisir son coup de coeur, l'heureux élu devant donner une prestation dès le lendemain. 

C'est Benoit Joanisse qui a séduit Marie-Pierre Arthur et dont on a pu découvrir trois chansons. 

Meneur du groupe Les Moindres, l'auteur-compositeur-interprète de Gatineau s'est avancé avec sa guitare électrique, se définissant comme un old timer de la relève, lui qui roule sa bosse depuis plus de 20 ans. À découvrir dès cet été.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer