Le cirque Bieber anime Ottawa

Justin Bieber a offert une prestation plutôt mécanique,... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Justin Bieber a offert une prestation plutôt mécanique, sans trop de conviction, vendredi soir au Centre Canadian Tire.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Justin Bieber n'est pas qu'un simple chanteur. C'est un phénomène qui prend des allures de cirque, condamnant le principal intéressé a parfois un triste rôle de bête de foire. C'est d'ailleurs un jeune homme à fleur de peau, qui s'est présenté devant les guichets fermés du Centre Canadian Tire, hier soir.

L'arrivée de Bieber à Ottawa, dans le cadre de la portion nord-américaine de sa tournée Purpose, du nom de sa dernière galette, n'est pas passée inaperçue. Le moindre de ses déplacements à crée un émoi sur les réseaux sociaux. On l'a vu prendre une bière, cajoler un bébé, manger un hot-dog, sans oublier l'arrêt obligatoire au Tim Hortons. Les rumeurs l'auraient même vu se prélasser au Nordik Spa-Nature de Chelsea, quelques heures avant de prendre la route pour Kanata. 

Le chanteur de 22 ans avait pourtant lancé il y a quelques jours, en vain, un avis virtuel dans lequel il suppliait ses fans et les paparazzis de cesser de le traquer comme un animal en cage.  

Bref, nous ne sommes pas dans la tête du prolifique jeune homme, mais celui qui s'est présenté hier sur scène n'avait pas le sourire facile. Sérieux, un brin théâtral, il a exécuté son tour de chant avec une certaine nonchalance. Ou bien il était encore sous l'effet des bains thérapeutiques. Allez savoir. 

Précédé d'un superbe montage vidéo qui évoquait le chanteur dans une longue chute libre, le spectacle a démarré avec Mark My Words, qu'il a interprété dans une cage de verre. 

Il a ensuite enchaîné avec l'excellente Where Are Ü Now. Entouré d'une douzaine de danseurs, ce numéro fort généreux était bien représentatif des différents tableaux qui allaient suivre. L'équipe de Bieber n'a pas lésiné sur la mise en scène. 

Pyrotechnie, jeux de lumière, lasers, scène centrale surdimensionnée avec divers paliers, projections, montages vidéos, l'idée était claire ici; on voulait en mettre plein la vue au public. Et c'était réussi. 

Les titres Get Used to It et I'll Show You ont complété un premier bloc plutôt mélancolique. Le jeune homme joue la carte de l'âme torturée et ça tombe plutôt bien, elles étaient plus de 20 000 prêtes à le consoler. 

Après un solo offert par l'un de ses danseurs, Bieber est revenu avec une chemise à carreaux sur un t-shirt de Nirvana pour offrir Boyfriend. Les costumes illuminés des danseurs ont réussi à insuffler un peu de pep à l'ensemble. 

Puis, un divan de velours rouge est apparu sur la scène. Justin s'y est installé afin d'offrir une version acoustique à la guitare d'une toute nouvelle chanson, Look at the Stars, qu'il a commencé à étrenner au cours de ses derniers spectacles. Il a poursuivi avec le vers d'oreille Love Yourself, au très très grand plaisir de la foule qui l'a pratiquement enterré en chantant plus fort que lui.  

Après Been You et Company, le plus récent extrait de Purpose, le chanteur et ses danseurs se sont retrouvés sur une immense plate-forme surélevée au-dessus du parterre. Une plate-forme qui était en fait un trampoline sur lequel Bieber y est allé de quelques flips.

 Sur No Sense, qui était un brin trop intense, le chanteur a terminé sa performance en chantant dos au public avant de disparaître dans le plancher.

Un énième intermède plus tard, il est revenu vêtu d'un gilet de hockey à l'effigie de sa tournée pour offrir son succès As Long as You Love Me. Puis, en prenant place sur une autre plate-forme qui s'est soulevée au-dessus de la scène principale, Justin a offert un solo de batterie. Mais là encore, pas moyen de lui arracher un petit sourire. 

La jolie Life is Worth Living qu'il a livré avec un bel aplomb a (presque) fini par nous rassurer sur l'état d'esprit de celui qui jadis était le protégé de Usher. Reste que c'est quand il pige dans ses titres plus festifs comme What Do You Mean?, qui a suivi, que le chanteur est le plus intéressant.

 Il a pris ensuite un moment pour inviter la foule à chanter bonne fête à la jeune chanteuse Moxie Raia, qui a assuré la première partie avec le rappeur Post Malone. 

Un immense cri de joie collectif a résonné dans l'aréna quand Bieber a entonné les premières notes de l'un de ses premiers succès, Baby. Purpose et Sorry (en rappel) ont complété ce tour de chant de près de 20 titres.

Justin Bieber n'avait pas à séduire son public hier. Ses fans lui sont fidèles et lui ont certainement déjà pardonné son détachement. 

Pas mal convaincue qu'elles doivent même dire que ça fait partie de son charme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer