La vague frappe fort

Erik et Sonny Caouette, mieux connu comme les... (Archives Le Droit)

Agrandir

Erik et Sonny Caouette, mieux connu comme les 2Frères.

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Erik et Sonny Caouette sont deux frères. De façon presque anonyme. Mais ils sont aussi 2Frères. Cette fois, il y a de fortes chances, surtout si vous avez moins de 20 ans, que vous soyez immédiatement capable de mettre un visage sur ce duo folk-rock dont le premier disque, Nous autres, s'est écoulé à 50 000 exemplaires en un an à peine.

Pour l'édification des quelques lecteurs qui seraient toujours dans le flou malgré ce disque d'or, les deux frangins se montreront le bout du nez en personne jeudi 12 mai, à la Maison de la culture de Gatineau. Et la salle Odyssée annonçait mardi qu'elle les accueillera de nouveau le 21 octobre prochain, signe que la vague de popularité des 2Frères a englouti aussi l'Outaouais. 

Musicalement, 2Frères, c'est un peu comme si l'univers des Soeurs Boulay, très harmonique, rencontrait le terroir de Kain, plus dynamique. Un folk-rock efficace, direct et joyeux, servi sur des textes simples mais chaleureux, et rehaussés d'harmonies vocales nettement plus travaillées. La comparaison avec Les Soeurs Boulay les amuse, mais ne convainc guère les 2Frères, qui se revendiquent «moins folk et plus pop-folk» qu'elles, «même si l'emphase qu'on met sur les harmonies vocales peut nous rapprocher», analyse Erik.

Mario Pelchat a été un des premiers à succomber au charme des 2Frères. Pour les faire connaître, le chanteur a confié au duo les premières parties de sa tournée Un homme qui vous ressemble», en février 2015, deux mois avant la sortie du disque. Nous autres est d'ailleurs paru sous l'étiquette MP3 Disques, qui lui appartient. Depuis, ils ont ouvert pour Marie-Mai et Les Trois Accords, Les Respectables et Sylvain Cossette, Offenbach et Plume Latraverse, et leurs extraits tournent en boucle, l'un après l'autre, sur les radios commerciales.

Mario Pelchat

Ils reconnaissent bien humblement à quel point ils sont redevables à leur producteur. Mais leur succès, malgré les apparences, et quoique facilité, n'est pas préfabriqué. «La musique, C'est une affaire de famille. Ça fait partie de nos vies depuis toujours. Quand j'ai commencé à chanter, j'avais huit ans. Notre union musicale s'est fait à l'âge de 13 et 15 ans», lâche Erik, 27 ans, tandis que le cadet, Sonny, acquiesce de la tête. 

« On jouait ensemble dans des mariages et des événements corporatifs à Chapais, dans le Nord-du-Québec», dont est originaire le duo, poursuit Erik, l'aîné, qui, très jeune, a foulé les planches de plusieurs festival; en 2003, il s'est même rendu en finale de l'émission Phénomia9, sur Vrak.TV.

À 18-20 ans, poussés par l'envie de «vivre de [leur] passion commune», ils se sont installés du côté de Magog, où ils ont entamé le circuit bars et des petites salles, sous le nom de Soon et Caou. Mais face aux difficultés qu'éprouve le public à prononcer leur nom, ils optent pour «quelque chose de plus simple», qui soit à leur image. 

Idem pour Nous autres, dont le titre ne trompe aucunement sur la marchandise : «On voulait un album qui nous ressemble, que les gens qui l'écoutent pouvaient nous reconnaître facilement. Ou sentir qu'ils nous connaissent un peu plus, enchérit Sonny. Alors on l'a fait de façon très conviviale, très familiale. C'est un peu une carte de visite qui représente très bien notre mode de vie» de pères de familles (Erik voyage en tournée avec sa femme, Marie-Pierre, qui est aussi la gérante du duo; Sonny préfère laisser sa fille à la maison avec sa mère, mais l'équipe de tournée est une seconde «grande famille tissée serré», dit-il), grands nomades et éternels optimistes.

Chaque extrait déboule comme la nouvelle tranche de vie d'une aventure à suivre. L'exercice, quoique égotiste et pas particulièrement pudique, est toutefois réalisé sans prétention, et insufflé d'une énergie joyeuse dont on ne doute pas une seconde de l'honnêteté. Une énergie vraisemblablement contagieuse, à en juger par les ventes.

Pour y aller

Jeudi 12 mai, (Supplémentaire le 21 octobre 2016)

Maison de la culture de Gatineau

819-243-2525; www.odysse.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer