Triplement en accord avec le public

Les Trois Accords ont enflammé la scène de... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Les Trois Accords ont enflammé la scène de la salle Odyssée, jeudi soir, en interprétant leurs plus grands succès au grand plaisir d'une salle complètement survoltée.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Jeudi soir, les admirateurs des Trois Accords - ceux de la première heure et les plus jeunes - ont quitté la salle Odyssée complètement survoltés, heureux d'avoir retrouvé leurs idoles le temps d'un spectacle qui a semblé beaucoup trop court.

Les quatre musiciens n'avaient pas encore mis les pieds sur scène que déjà la foule les réclamait.

Seul à la guitare, assis sur un tabouret, Simon Proulx a entamé Les dauphins et les licornes, tirée de leur plus récent album Joie d'être gai, ses acolytes venant un à un le rejoindre. Derrière eux, des projections aux couleurs vivifiantes de l'arc-en-ciel pour accompagner leur répertoire vitaminé à souhait.

Les dernières paroles prononcées, ce fut l'ovation immédiate, tonitruante, digne de celles que l'on réserve en grande finale. Les comparses ont salué la foule, se sont dirigés vers les coulisses, jouant la comédie du dernier tour de piste. Redoublant d'ardeur, le public s'est mis à les acclamer comme si c'était un rappel. Les petits rigolos ont refait le même scénario à quelques reprises, parsemant ici et là la soirée de faux départs, de petites fins du monde gorgées d'amour et d'humour. 

Dès la deuxième chanson, Joie d'être gai, les spectateurs ont pris d'assaut les allées pour se déhancher et brandir le poing au rythme de la batterie et des guitares explosives de la formation. Avec Loin d'ici, ils se sont tous levés, pour ne plus jamais se rasseoir.   

«Wow, merci pour votre amour, ça fait vraiment chaud au coeur, de clamer Simon. C'est notre cinquième tournée et chaque fois qu'on vient ici, l'accueil est extraordinaire. C'est toujours un plaisir d'être à Gatineau.» 

Ont suivi Dans mon corps, au plus grand bonheur des irréductibles, Lucille et Je me touche dans le parc, inspirée d'un fait... non vécu, a précisé le chanteur, invitant les gens à envoyer des lettres pour lui faire part de leur expérience en la matière...

«Pour cette tournée, on a voulu tisser des liens encore plus proches avec nos fans. On les invite donc à venir chanter sur scène. J'aimerais qu'on applaudisse la chorale de Gatineau. L'idée est qu'ils chantent le refrain avec nous. Pour eux, c'est intimidant, faque regardez-les avec amour, avec des gros câlins dans les yeux.» Et quoi de mieux que Tout nu pour libérer les cordes vocales des dix apprentis chanteurs?

Simon Proulx (voix et guitare), Alexandre Parr (guitare et voix), Charles Dubreuil (batterie) et Pierre-Luc Boisvert (basse) ont enfilé les succès à folle allure, sans entracte, surfant sur l'énergie débordante et contagieuse que lui renvoyait la salle pleine à craquer. 

De Grand champion à St-Bruno, en passant par Bamboula, Elle s'appelait Serge, J'aime ta grand-mère et Hawaiienne, ils ont revisité 13 ans de carrière, celle-ci ayant débuté avec Gros Mammouth Album Turbo, un disque qui leur a valu la consécration alors qu'ils n'envisageaient pas vivre de leur musique.   

Dans la catégorie «un-vrai-rappel-attention-ça-sent-la-fin», Simon a invité le public à chanter Saskatchewan, les paroles rugissant en harmonie sur toutes les lèvres. L'aventure a pris fin comme elle a débuté: en totale symbiose avec les Trois Accords.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer