Les Cowboys fringants, cinglants, cinglés

Même après 20 ans, les Cowboys fringants n'ont... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Même après 20 ans, les Cowboys fringants n'ont rien perdu de leur fougue sur scène.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Il y aura toujours des grincheux pour prétendre que les Cowboys fringants ont fait leur temps... Oh, ils sont malins, ces ex-fans finis que l'âge a rendus pisse-froid: on ne les entend pas dire «Les Cowboys sont des has-been», depuis que la plaisanterie s'est retournée contre eux. «C'est teeeellement 2002», préfèrent-ils coasser, avec l'impression d'être dans le vent.

On s'inscrit en faux.

Le quatuor est loin d'être «une étoile poquée dans la nuit» et la cowboymania n'est pas morte à Gatineau. Même en 2016.

Même un jeudi soir. 

Même entre quatre murs. 

On l'a constaté à la salle Odyssée, où les quatre Fringants desperadoes - et leurs comparses derrière les deux batteries (oui, deux), plus un septième larron à la trompette - ont été accueillis par une foule en délire, qui s'est immédiatement levée de son siège en hurlant sa satisfaction, et qui n'a jamais remis le popotin sur son fauteuil. Même au retour de l'entracte.

Faut avouer que le chanteur a dégainé vite. «On est venus pour avoir du fun!» s'est exclamé Karl Tremblay avant d'entonner une version amphétaminée de Bye bye Marilou, puis La manifestation, pendant que la foule, poing en l'air, «rêvait de révolution» elle aussi.

Le reste de la soirée fut tout aussi frénétique. Sans prendre le temps de respirer, la bande a entamé La reine, pendant que Marie-Annick Lépine malmenait un violon allegro furioso et que «le fier représentant de l'Outaouais», le docteur Jérôme Dupras (il enseigne à l'UQO), descendait dans la fosse aux lions pour frotter sa basse sur le public rugissant de plaisir.

La salve s'est poursuivie avec L'expédition. Bref cafouillage au moment de tester la nouvelle intro de Pizza Galaxie. Pas de souci, on en plaisante, et on relance illico presto les hostilités. Sur Paris-Montréal, c'était au tour de Jean-François Pauzé de virevolter. Le guitariste faisait des vrilles de patineur artistique. On les a vu l'an passé au Rockfest... Honnêtement, on ne saurait dire s'ils ont brassé plus d'air à la salle Odyssée ou à Montebello. 

L'énergie cinglante des deux batteries, sans doute. Conjuguée aux instrumentation, revues et corrigées pour faire monter l'adrénaline en même temps que la rythmique.

Sont arrivés Les Vers de Terre, dans une ambiance joliment plombée par des éclairages sombres et chtoniens. La chanson n'est pas moins belle, dans cette avalanche d'atermoiements cuivrés.

Rendu là, tu crois que la série de hits est terminée pour un boutte, parce qu'il faut en garder un peu pour la fin. Erreur. la gang assène 8 Secondes, hyper énergique. Métier ingrat! Il nous faut continuer à pianoter sur notre laptop quand tout notre corps nous crie: «Debout! Danse! Saute! Déploie-toi!» 

En terrain visiblement conquis, le bassiste s'offre un Break syndical en improvisant un air funk qui décontenance les siens. Surtout Tremblay, qui ne sait pas où cela s'en va. Pour combler le blanc pendant cet interlude qui se prolonge, le chanteur entreprend de jaser, puis de danser, puis de se vautrer à terre en se trémoussant comme un beau diable. Puis il abdique, refile le micro au premier rang, et fait mine de quitter la scène. C'est un inconnu - Daniel - qui s'est désigné pour reprendre la «chanson» au pied levé. Il a pirouetté les dernières mesures de 8 secondes. La foule apprécie. La fête peut continuer.

On convoque Louis Hébert. Ç'a l'air de se calmer.

Du tout. Voilà Ti-cul qui rapplique. Puis La cave, tonitruante.

Sur le duo Marine Marchande, Lépine a troqué son violon pour une vielle à roue, tandis qu'une fan de Gatineau, Mylène Saumure, qui a gagné sa place sur scène le matin même, en répondant aux Cowboys sur leur page Facebook, tente de remplacer Frannie Holder.

Tremblay sort son nez de clown et ses ballounes avant d'engloutir La dévisse, Si la vie vous intéresse, En berne (alors que Dupras, jambes en ressorts, joue au Marsupilami. Malade!) avant de conclure sur «Les étoiles filantes, épaulé par 800 voix et des poussières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer