Soirée au Paradis avec Leloup

  • Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA). (Martin Roy, LeDroit)

    Plein écran

    Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA).

    Martin Roy, LeDroit

  • 1 / 8
  • Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA). (Martin Roy, LeDroit)

    Plein écran

    Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA).

    Martin Roy, LeDroit

  • 2 / 8
  • Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA). (Martin Roy, LeDroit)

    Plein écran

    Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA).

    Martin Roy, LeDroit

  • 3 / 8
  • Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA). (Martin Roy, LeDroit)

    Plein écran

    Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA).

    Martin Roy, LeDroit

  • 4 / 8
  • Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA). (Martin Roy, LeDroit)

    Plein écran

    Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA).

    Martin Roy, LeDroit

  • 5 / 8
  • Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA). (Martin Roy, LeDroit)

    Plein écran

    Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA).

    Martin Roy, LeDroit

  • 6 / 8
  • Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA). (Martin Roy, LeDroit)

    Plein écran

    Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA).

    Martin Roy, LeDroit

  • 7 / 8
  • Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA). (Martin Roy, LeDroit)

    Plein écran

    Jean Leloup a partagé son univers incomparable vendredi soir au Centre national des arts (CNA).

    Martin Roy, LeDroit

  • 8 / 8

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vous savez ce gâteau renversé? Celui qu'on ne sait jamais comment il va sortir du moule mais que l'on sait toujours délicieux? Et bien, c'est ça, Jean Leloup.

Imprévisible, indomptable, indocile. Seul à la guitare, majestueux, vendredi, sur la grande scène de la salle Southam du Centre national des arts. Une salle comble depuis des mois, comme tous les autres spectacles de sa tournée, d'ailleurs. Quelque 2000 personnes complètement sous son joug. Bienvenue dans l'univers déjanté de John the Wolf, de Johnny Guitar et du Roi Pompon. De Jean Leloup.

Avec 10 minutes de retard, le rideau s'est levé tranquillement. Déjà la foule jubilait, hurlant son bonheur orgasmique de retrouver l'enfant terrible de la chanson québécoise, celui qui vient de rafler cinq Félix au dernier gala de l'ADISQ, ne comptant plus les exemplaires vendues, le cap du 100 000 étant dépassé depuis belle lurette.

Que dit-il, là? Que raconte-t-il, là, tout de noir vêtu, coiffé de son éternel chapeau, et le visage maquillé de blanc? Impossible de vous rapporter la chose, les cris de la foule, déjà branchée sur le 220 watts, en mode ovation avant même qu'il n'ait prononcé un seul mot, enterrent toutes ses paroles. Pour chacune des bribes qu'on attrape ici et là, on aime, on applaudit, on rit, on aime, on savoure, on crie, on applaudit. On se dit qu'il est un génie.

Le décor? Ce crâne géant sur lequel sont projetées lumières, couleurs, images, aux côtés d'un Jean Leloup tout aussi grandiose de sa présence.

Dans la salle, des têtes grisonnantes, celles qui le suivent depuis les années 1980, depuis Menteur, depuis L'amour est sans pitié, et les autres, la vingtaine allégresse qui l'idolâtre et l'a découvert avec Paradis City. Ceux-là qui, chose certaine, connaissent les «moves» et le «déhanchement» d'une chorégraphie désormais célèbre because une vidéo virale faite maison, gracieuseté de Jean Leloup, complètement délirant, le sens de l'autodérision toujours pas très loin.

Tiens donc. Voilà un texto de l'amie Justine qui se dépose dans mon cellulaire. «Ce gars-là maîtrise à la perfection l'art de divaguer tout en étant cohérent et pertinent.» C'était ça, aussi, hier, les spectateurs qui échangent, se sourient, les couples qui se lovent collés-collés, plusieurs faisant du coude pour prendre cette toute dernière gorgée de bière, oui, permise dans le cadre dans la série Le CNA présente.

Et la guitare, «sa» guitare, une Gibson, une vieille électro-acoustique genre 1960 qui pourrait chanter du blues. 

Des cordes qui tout au long de la soirée nous ont fait de l'oeil, nous ont agacés, nous ont balancé des notes qui, au premier son, se posaient dans notre mémoire pour nous rappeler tous ces succès depuis tant d'années accumulés, des chansons fédératrices trouvant preneur sur toutes les lèvres. Cette guitare qui ne s'est presque jamais arrêtée pendant presque deux heures, totalement speedée, faisant le pont d'une chanson à l'autre, les embrassant toutes comme s'il s'agissait là d'un seul grand refrain qui se module au gré de l'humeur et de l'immense talent de son auteur.

La liste des chansons? Ok, en voici quelques-unes: Petit Papillon, Willie, Nathalie, Les Fourmis, Barcelone, I Lost my baby, Les Flamants Roses, Johnny Go, Je joue de la guitare, Le Dome, Petite Fleur, Printemps-été, pour ne nommer que celles-là. Du spectacle, on oubliera les titres, mais on se souviendra d'avoir été en communion avec un artiste totalement libre d'esprit, hors norme,

Après Paradis City, la «der des der», l'ovation, monstre. Portant un sombrero rouge passion, il s'est avancé pour nous dire: «Merci beaucoup bonsoir, c'était très agréable». 

Une des rares fois où il s'est adressé à la foule. On lui pardonnera d'avoir si peu communiqué avec le public en mots. 

L'essentiel aura été son oeuvre musicale. Si riche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer