Renaud «toujours debout»

Renaud, en 2007, au Festival d'été de Québec... (Laetitia Deconinck, Archives Le Soleil)

Agrandir

Renaud, en 2007, au Festival d'été de Québec

Laetitia Deconinck, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

«Toujours vivant, rassurez-vous»: le chanteur français Renaud, absent depuis sept ans en raison d'une profonde déprime, chante d'une voix abîmée sa santé retrouvée dans une chanson sortie mardi, avant un album en avril et une tournée qui le mènera jusqu'au Québec.

«J'suis retapé, remis sur pieds/Droit sur mes guibolles, ressuscité», poursuit le chanteur au bandana rouge, 63 ans, qui s'affuble désormais du surnom du «Phénix».

Pas vraiment de second degré ni d'autodérision, ses marques de fabrique depuis ses premiers disques au milieu des années 1970, mais une plume grinçante pour répondre aux «trous du cul» ou aux «enfoirés» qui ont voulu «l'enterrer» trop vite.

Dans son viseur notamment: les «chasseurs de primes» et les «paparazzi en embuscade» accusés de colporter des «rumeurs sur (sa) santé».

Ce titre n'est que l'avant-goût d'un album prévu pour début avril, le premier avec des productions originales depuis Rouge sang en 2006.

Il contiendra «13 nouvelles chansons, plus une chanson cachée qui est un peu spéciale, puisqu'il s'agit d'un slam», a expliqué le chanteur de Mistral Gagnant ou Laisse béton sur la radio France Inter.

Il enchaînera avec une tournée marathon jusqu'au printemps 2017, qui devrait l'emmener notamment en Belgique et au Québec.

Renaud affirme être en pleine forme, se levant «très tôt le matin» pour lire et «rattraper le temps perdu, ces années noires pendant lesquelles je n'ai pas lu un livre».

S'il fume toujours «cigarette sur cigarette, malheureusement», il confie ne plus avoir bu depuis «plus de quatre mois». «Je suis allé en clinique pour voir un addictologue magnifique et je n'ai pas bu une goutte d'alcool depuis, et la voix est revenue.»

L'inspiration chez Grand Corps Malade

Renaud a retrouvé l'inspiration après avoir écrit un texte, Ta batterie, qu'il chante sur le dernier album du slameur Grand Corps Malade. «Ça m'a redonné le goût à l'écriture. Le dragon qui sommeillait au fond de moi s'est réveillé et a commencé à cracher sa flamme: en 15 jours, j'avais torché 14 chansons», a-t-il encore raconté sur France Inter.

Ce nouvel album devrait notamment contenir des chansons inspirées par les attentats de 2015 en France, baptisées J'ai embrassé un flic et Hyper Cacher, a récemment révélé Renaud qui, dans les années 1990, avait tenu une chronique dans Charlie Hebdo dont la rédaction a été décimée par des jihadistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer