Au bonheur des dames

Garou, Roch Voisine et Corneille montent sur scène... (Yan Doublet, Archives Le Soleil)

Agrandir

Garou, Roch Voisine et Corneille montent sur scène pour le spectacle Gentlemen Forever.

Yan Doublet, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chacun son rôle: Garou en dilettante un peu éméché, Corneille, jeune recrue intriguée, Roch Voisine, le parrain gominé... avec en invité-surprise Robert Charlebois, «le patron» inattendu et chaleureusement accueilli. Rembobinage...

Dans les années 1950, les crooners se retrouvaient pour un tour de chant somptueux, avec intermèdes d'humour cabotin. Le spectacle Gentlemen Forever, qui a clos sa tournée québécoise jeudi soir au Théâtre du Casino avant de s'envoler vers l'Europe, reprend le même concept. En ajoutant un extra de camaraderie, une bonne rasade de swing, un soupçon de répertoire mutuel. N'en jetez plus!

Smoking, noeud papillon et micro chromé donnent le ton d'un théâtre musical d'un autre siècle. Au programme, des classiques de Broadway interprétés dans les règles de l'art, avec voix de crooner et grand orchestre, sans snober les propres succès du trio, à commencer par Seul de Garou, puis Hélène de Roch Voisine et Parce qu'on vient de loin de Corneille. En pâmoison, mesdames?

C'est une bataille très civilisée qui a lieu sur scène, un exercice somme toute difficile, périlleux, où chacun interprète dans son style la chanson que l'autre a rendue célèbre.

Mieux encore! Les caciques de la variété française (Yves Montand, Charles Trenet, Sacha Distel, Gilbert Becaud) retrouvent sans conteste une certaine jeunesse.

Au répertoire des standards du Rat Pack, ce club qui réunissait quelques-unes des stars les plus populaires des années 1950 comme Frank Sinatra, Dean Martin, Sammy Davis Jr, difficile de dire qui est le plus convaincant. Mais quand Garou interprète à son tour Ain't That A Kick In The Head, la chanson d'introduction, force est de constater qu'il est le mieux outillé vocalement...

Après une première partie de repérage approximatif que les problèmes techniques n'ont pas épargnée, nos gentlemen ont renversé la situation à leur avantage, prompts à improviser, amusés, pour nous offrir un spectacle bien «léché», mais non dénué de fantaisie.

Corneille ne s'est pas départi de son élégance lors du numéro de claquettes, Garou de son humour en déplaçant un lampadaire informe sur Singing in the rain. Bons princes, les deux se sont même promenés dans la salle pour échanger quelques pas de danse avec des spectatrices. Mi-crâneurs, mi-crooners, pour le plus grand plaisir des heureuses élues!

Rien de poussiéreux ni de compassé dans ce spectacle qui pourtant joue à fond la carte de la nostalgie, mais n'hésite pas à faire surgir quelques surprises: un piano-bar (littéralement), d'autres invités encore: Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau, en tendre duo sur Cheek To Cheek de Frank Sinatra... et une finale forcément «For me formidable». Pour ceux qui n'auraient pas réussi à obtenir de billet pour cette soirée jouée à guichets fermés, Gentlemen Forever revient en supplémentaire en mars 2016.

Pour y aller

Quand? 19 mars 2016

Où? Théâtre du Casino

Renseignements: 1-877-977-7970 ou theatrecasino.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer