La voix enracinée de Mathieu Langevin

Son album était prêt avant que Mathieu Langevin se pointe avec sa guitare aux... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Son album était prêt avant que Mathieu Langevin se pointe avec sa guitare aux auditions à l'aveugle de La Voix, il y a environ un an. Après avoir mis son projet sur pause, le temps de participer à l'émission, l'auteur, compositeur et interprète de Maniwaki lance Sauve-toi pas, où il chante fièrement ses racines de «gars de région qui [s']assume totalement».

Tenir son album dans ses mains et pouvoir l'offrir au public tient du «rêve enfin devenu réalité» pour le musicien et chanteur de 24 ans.

«Ça fait longtemps que j'essaie de percer dans ce métier. J'ai chanté bien des affaires à la télé, mais Sauve-toi pas, c'est vraiment qui je suis, d'où je viens.»

Mathieu Langevin a déjà tenté sa chance à Star Académie, séduisant le public sur Internet au passage, sans pour autant obtenir son laissez-passer pour les auditions.

Il a aussi lancé quelques simples, toujours sur la Toile, histoire de se faire entendre du plus grand nombre.

Il avait surtout fait preuve, au début des années 2010, de ténacité et de front en contactant le gérant de Patrick Norman, Daniel Bélanger (aucun lien avec le chanteur), parce qu'il tenait à rencontrer son «modèle».

«Patrick Norman, c'est un incroyable guitariste! clame le Maniwakien. Je voulais absolument lui parler, parce que je voulais faire du country, moi aussi.»

Il «suppose» que le gérant a apprécié sa détermination. Assez, en tout cas, pour que ledit Daniel Bélanger lui présente Hugo Perreault, d'Okoumé, qui avait aussi travaillé avec M. Norman.

À partir de ce moment, Mathieu Langevin a senti que le vent était en train de tourner.

«Comme Daniel Bélanger, Hugo a cru en moi, en ce que je faisais. Il m'a mis en contact avec Richard Séguin et Roger Tabra, entre autres. Je leur ai envoyé mes compositions, en leur demandant de m'aider à mener mon projet d'album à terme.»

De Séguin à Veilleux

Les réponses ne se sont pas fait attendre. De Séguin à Tabra, en passant aussi par Steve Veilleux (Kaïn) et Pascal Dufour (Les Respectables). C'était au-delà de ses espérances.

Richard Séguin lui a notamment offert deux pièces, Pourtant ce soir et Petites maisons, sur laquelle il joue de l'harmonica et mêle sa voix à la sienne.

«C'est tout un honneur de savoir qu'un artiste comme lui s'intéresse autant à moi, me fait confiance pour interpréter ses chansons», fait valoir Mathieu Langevin.

«Ce sont des textes qui lui ressemblent, c'est sûr, mais ils racontent des histoires que j'ai entendues, dans ma famille ou mon entourage, enchaîne-t-il. Je me sens donc tout à fait à l'aise de les chanter, parce qu'elles résonnent dans ce que je sais de la vie. Peut-être pas la mienne à proprement parler, mais celle de gens que je connais.»

L'auteur et compositeur tenait aussi à faire entendre ses paroles à lui, entre autres en rendant hommage à ses grands-parents, avec Dans ce temps-là. «Mon grand-père a été très influent dans ma vie. C'est lui qui m'a transmis sa passion pour la musique et qui m'a offert ma première guitare!»

L'homme de 24 ans avait également besoin de témoigner de ce qu'il a lui-même vécu.

Ainsi, il a écrit Le chemin du retour pour «un de ses chums qui s'est enlevé la vie». «C'est une histoire personnelle, mais je sais aussi que le suicide touche bien des gens, malheureusement...»

Après La Voix

Tout ça, c'était toutefois avant de voir trois coachs de La Voix se tourner pour lui, pendant son audition à l'aveugle, l'an dernier. Dès lors, Mathieu Langevin a dû mettre son album sur la glace.

Un mal pour un bien, soutient-il.

«Disons que la visibilité obtenue avec La Voix ne peut qu'aider. Bien des gens ont aimé ce qu'ils ont entendu de moi à l'émission. J'espère qu'ils seront maintenant curieux d'écouter ce que je leur propose!»

Et s'il confie avoir reçu des offres pour produire son disque, depuis La Voix, le Maniwakien a tenu à garder le contrôle.

«J'ai financé mon disque, j'ai mis sur pied mon étiquette pour l'enregistrer, et c'est en tant qu'indépendant que je présente aujourd'hui le résultat aux gens. Pour le prochain, je verrai, mais pour Sauve-toi pas, il n'était pas question de changer les choses.»

«Dans mon village natal»

Ce n'est peut-être pas lui qui l'a écrit cette chanson (texte et musique sont de Hugo Perreault), mais Mathieu Langevin l'avoue en riant: «Moi aussi, j'allais fumer en cachette, derrière l'aréna!»

Ce petit bout de phrase, où il est justement question d'une «première smoke», a le don de «faire sourire» les gens à chaque fois. «C'est cool, d'avoir reçu une chanson qui parle de moi comme ça. Je suis un gars de région et j'en suis fier!»

«Partir»

«Ce texte de Hugo Lévesque me donne des frissons, quand je le chante.» Si le titre peut faire allusion à plus d'un type de départs, pour lui, il symbolise les débuts d'une vie à deux. «En tout cas, moi, ce sont mes parents que je vois.» Des parents s'unissant pour «faire des boutures de [leur] amour».

«Dans ce temps-là»

Cette pièce est de lui, paroles et mélodie. Il s'agit d'un «clin d'oeil» à ses grands-parents et à la guerre qu'ils ont traversée, comme la vie. «C'est une chanson qui n'est pas tant patriotique que rassembleuse. Elle a du sens, des repères.» Elle invite aussi aux échanges entre les générations.

«Elle me raconte par la bande et m'enracine dans l'histoire des miens.»

La critique: «Sauve-toi pas», de Mathieu Langevin ***

De l'harmonica, des guitares acoustiques, des violons, des banjos, des choeurs, voire des sifflements: il flotte des airs de country-folk énergisant (surtout) et un brin nostalgique (parfois) sur la première galette du Maniwakien.

Il y est question d'amitié, de parties de pêche et de hockey, d'amours neufs ou perdus, du besoin de partir voir ailleurs si on y est.

Les deux mains sur sa guitare, la voix au diapason, Mathieu Langevin (qui signe quatre des 12 titres) colle au plus près de ce qu'il est, avec ce Sauve-toi pas qu'on s'imagine bien écouter, cheveux au vent, sur la sinueuse 105, entre Gatineau et Maniwaki. Le chanteur est ici solidement entouré: Richard Séguin, Steve Veilleux (Kaïn), Pascal Dufour (Les Respectables) et Roger Tabra ont tous contribué à son album, réalisé par Hugo Perreault (Séguin, Okoumé, Paul Daraîche). Autant de créateurs établis qu'il avait ralliés à sa cause avant son passage à La Voix.

Comme quoi, Mathieu Langevin avait déjà trouvé sa voie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer