L'inspiration londonienne de Bobby Bazini

Bobby Bazini a «vraiment envie» d'explorer de nouvelles... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Bobby Bazini a «vraiment envie» d'explorer de nouvelles sonorités soul avec Jimmy Hogarth.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bobby Bazini mettra un point d'orgue à sa tournée Where I Belong, pour lequel il est en lice pour le Félix du meilleur album anglophone, au Centre national des arts, le 13 novembre. Et dès janvier, il reprendra la route... du studio. Une trentaine de nouvelles chansons dans la tête et au bout des doigts, l'auteur, compositeur et interprète a hâte d'enregistrer son troisième album.

«Je délaisse les sonorités folk et country de Where I Belong pour des touches plus contemporaines et british de soul», précise l'artiste.

Car après avoir mis le cap vers la Californie, où il a ciselé sa deuxième offrande avec Larry Klein, c'est maintenant Londres qu'il a dans la mire: c'est là qu'il souhaite peaufiner son prochain disque.

«Comme j'ai passé beaucoup de temps sur la route, au cours de la dernière année, j'en ai profité pour travailler. C'était d'autant plus facile que l'inspiration était au rendez-vous. En fait, c'est comme si je n'avais pas arrêté d'écrire et de composer, depuis la sortie de Where I Belong, parce que je suis toujours plus productif quand je suis à l'extérieur. Et puis, être loin de chez soi, des siens et de son quotidien, ça fait des choses à raconter!» lance le principal intéressé dans un large sourire.

L'appel de Londres

S'il ressent si fortement l'appel de Londres, c'est notamment parce que Bobby Bazini y a séjourné pendant plus d'un mois, cette année. Il a ainsi eu la chance de monter sur la scène du Bedford (où Adele et James Blunt ont fait leurs premiers pas) à trois reprises. Il a participé à diverses sessions d'écriture, aux quatre coins de la ville qu'il a sillonnée en «tube». «Des fois, à attendre le métro, je me disais qu'Ed Sheeran avait peut-être déjà joué là où je me tenais, ma guitare à la main...»

Il a aussi échangé quelques mots avec le légendaire Eg White (Adele, Sam Smith, James Morrison, Joss Stone, etc.) dans la cafétéria des studios où il travaillait, un jour, à l'heure du lunch. «Je me pince encore!» Et il a même passé quelques heures à enregistrer ses trucs, pendant qu'Adele (dont l'omniprésence semble avoir plané sur son séjour au Royaume-Uni) travaillait «sur quelque chose dont personne ne pouvait parler», un étage plus bas.

«J'ai adoré vivre là-bas. Non seulement parce qu'il était possible d'aller en Écosse, par exemple, le temps d'un week-end, mais surtout parce ç'a été l'occasion pour moi de faire de nombreuses rencontres sur le plan professionnel.»

Chaque matin, le Québécois se levait avec une adresse où aller cogner. Dans sa liste, le nom d'un certain Jake Gosling, celui-là-même qui a «découvert» Ed Sheeran, et avec qui il a collaboré sur quelques pièces.

Bobby Bazini ne cache toutefois pas que c'est avec Jimmy Hogarth (Amy Winehouse, Duffy, James Blunt) qu'il a «vraiment envie» d'explorer de nouvelles sonorités soul pour son prochain album.

«La soul britannique n'a pas les mêmes textures que celle des États-Unis. Ça tient à la manière dont ils mixent, aux grooves plus proches du R&B qui sont plus à l'avant-plan. Et à ce chapitre, Jimmy Hogarth, qui fait plein d'affaires cool avec la soul, est une référence!»

D'ici au mois de janvier, moment où il entrera en studio, le chanteur et guitariste foulera les planches du Théâtre du CNA, le 13 novembre. Il entend bien profiter de cette ultime représentation de Where I Belong pour tester une, peut-être même deux nouveaux titres.

Et s'il ne sera pas présent à Montréal pour recevoir son Félix, advenant qu'il l'emporte mardi soir lors du Premier Gala de l'ADISQ (pour cause de spectacle à Caraquet, au Nouveau-Brunswick), il sera toutefois de la grande fête du 1er novembre, puisqu'il fait partie des artistes qui feront une prestation en direct, lors du Gala de dimanche.

Pour y aller

Quand? Le 13 novembre, 20h

Où? Théâtre du Centre national des arts

Renseignements: 1-888-991-2787 ou ticketmaster.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer