Faire résonner Les Vêpres

Andrew McAnerney a lui même déjà interprété l'oeuvre... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Andrew McAnerney a lui même déjà interprété l'oeuvre de Rachmaninov.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une quarantaine de voix féminines et masculines. Les Vêpres de Rachmaninov. Une église, des chandelles et des lumières tamisées. Pour lancer la 52e saison des Cantata Singers, samedi soir, le nouveau directeur artistique de la formation, Andrew McAnerney, avait envie d'y aller d'un «concert puissant» et d'une «expérience spéciale».

M. McAnerney est pleinement conscient qu'il faut savoir mettre en valeur la qualité des choristes recrutés et du répertoire sélectionné, dans une région où l'offre musicale est forte. Et où des organisations comme Opera Lyra ne sont pas à l'abri des déboires financiers les forçant à suspendre indéfiniment leurs opérations.

«Il n'est malheureusement pas rare d'assister à des concerts extraordinaires dans des salles peu remplies, ici ou encore à Montréal», évoque M. McAnerney, qui dirige aussi le Studio de musique ancienne de la métropole québécoise.

«Est-ce parce qu'il y a trop de concerts proposés? Je ne saurais dire, renchérit-il, pesant ses mots. Il est toutefois clair pour moi qu'à moins de bien connaître les divers choeurs ou ensembles musicaux de la région, il peut s'avérer difficile pour les spectateurs d'être assurés de la qualité du concert auquel ils décident d'assister...»

Une mauvaise expérience peut dès lors les décourager de tendre l'oreille à une autre formation par la suite.

D'où l'importance de se renouveler constamment, «d'établir des standards élevés lors des auditions» et de se faire entendre du plus grand nombre (y compris se jumeler à d'autres chorales, comme ce sera notamment le cas lors du concert Petite musique de nuit de l'Orchestre du Centre national des arts, en novembre prochain), soutient Andrew McAnerney.

Cela donne l'occasion «d'attirer et de garder les meilleurs chanteurs adultes disponibles, tant par nos programmations que notre approche de la musique», explique-t-il.

Émotions et basses de talent

Ce n'est donc pas par hasard que le Britannique d'origine, établi dans la capitale fédérale depuis près de trois ans maintenant avec sa conjointe québécoise et leur jeune garçon, a choisi de lancer sa première saison officielle à la barre des Cantata Singers en présentant Les Vêpres.

D'une part, parce que 2015 marque le centenaire de cette oeuvre, initialement créée au bénéfice de l'effort de guerre russe. «Et qu'elle nous fait voyager dans un incroyable spectre d'émotions.»

D'autre part, parce qu'il s'agit d'une des pièces réclamant le plus du pupitre des basses d'une chorale. «Or, nous avons, au sein de notre groupe, quelques-unes des plus belles voix de basse d'Ottawa, que Les Vêpres me donnent ainsi l'occasion de faire briller et vibrer», se réjouit d'avance Andrew McAnerney.

Par ailleurs, à l'instar de plusieurs membres de la chorale, ce dernier a lui-même déjà chanté cette pièce.

«La première fois, j'étais un tout jeune choriste. Je me souviens que j'avais été touché par l'intensité de l'oeuvre de Rachmaninov, raconte-t-il. Puis, jeune adulte, je l'ai de nouveau livré en tant que ténor. Elle avait alors pris une nouvelle texture, parce qu'elle permet justement divers degrés de lecture et d'interprétation, en fonction de ce qu'on veut bien en comprendre et ressentir.»

Le ténor Jeff Boyd et l'alto Heidi Jost se joindront aux choristes, à titre de solistes, pour le concert de samedi soir.

Pour y aller

Quand: Le 24 octobre, 20 h

Où: Église St-Joseph

Renseignements: 613-798-7113; cantatasingersottawa.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer