Le rêve éveillé de Céleste

Céleste Lévis... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Céleste Lévis

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On a le «droit de parler de tout», nous confie au téléphone une Céleste Lévis extatique, à un mois de la sortie de son album.

Mais elle aura dû préalablement vérifier auprès de sa nouvelle équipe de gérance, Tandem, ce qu'elle pouvait dévoiler de ce disque à venir... parce que en parler si tôt bouleversait un peu la stratégie établie en concertation avec la boîte de Paul Dupont-Hébert. Une game bien sûr inhabituelle pour cette artiste encore quasiment inconnue avant son passage à l'émission de télé-crochet.

Quand LeDroit a approché la jeune Franco-Ontarienne, début octobre, c'était pour faire son bilan trimestriel. Non, pas médical: son bilan de carrière, dans le cadre d'une série sur les artistes émergents de l'Outaouais que LeDroit suit chaque trimestre depuis janvier.

On avait prévu de publier samedi dernier. Sauf que Céleste venait d'annoncer sur sa page Facebook qu'elle assurera les premières parties des prochains spectacles de Francis Cabrel au Québec. Et puis, surtout, en écoutant la chouchoute de La Voix dresser la liste des distinguées personnalités qui l'ont aidée à concocter ce premier disque professionnel, on s'est dit qu'on tirait sur l'élastique en la qualifiant encore d'«émergente». Que nous aussi, on devait changer de stratégie, afin de lui accorder davantage d'espace.

Florilège

Jugez plutôt: deux mentors de La Voix 3, Lynda Lemay (qui conseillait Éric Lapointe, coach de Céleste) et Vincent Vallières, plus Richard Séguin, Luc De Larochellière et Mathieu Lippé. On ne rit plus! Sans oublier David Fleury, autre concurrent de l'émission La Voix 2015, qui, après avoir partagé la scène avec elle en tournée, est devenu son chum officiel.

Le couple a fait les manchettes de plusieurs magazines à potins québécois. «C'était la première fois que le monde s'intéressait à ma vie personnelle.» Elle n'a pas haï l'expérience. Ni «la visibilité» qu'elle en a tiré. «On a raconté notre petite histoire, c'était ben cute et je suis vraiment contente, parce qu'on a eu plein de beaux commentaires.»

Séduits par son timbre particulier et sa sensibilité, ces six artistes se sont empressés de lui offrir une chanson. Essentiellement, des paroles. Parfois, une mélodie aussi. Plus fort encore: ce sont souvent eux qui l'ont approchée, et non le contraire, précise la jeune artiste. Mathieu Lippé, qui fait aussi partie de l'écurie Tandem, lui a rendu visite en studio. Vincent Vallières lui a fait sa proposition dès le party d'adieux de La Voix.

Et Céleste est encore renversée par les courriels personnels qu'elle a reçus de Richard Séguin et de la parolière Martine Pratte, qui souhaitaient ardemment lui confier qui une mélodie, qui un texte.

Ils ont été réunis sur la chanson Ma façon à moi. Dont le nom pourrait bien résumer toute la démarche du disque. Celui-ci sera en magasin le 6 novembre et s'intitulera tout simplement Céleste. Le titre allait de soi: «ce sont beaucoup de mes chansons; ça me raconte, moi et mes histoires. Ça permet de me présenter comme artiste».

Lynda Lemay lui a offert le titre Trouvez-moi belle; Vincent Vallières, Cinq ans sans nouvelles; Luc De Larochellière, Larmes de cendres, dévoile la chanteuse, faisant là une fleur aux lecteurs de l'Outaouais et ceux de l'autre côté de la rivière, dont certains la suivent depuis ses premiers succès populaires, sur la scène d'Ontario Pop, en 2013.

Mathieu Lippé lui a concocté Rêve, «une pièce plus sautillante; la plus joyeuse de l'album. Ça me prenait une chanson qui me représente [au présent]. Et ce que je vis, en ce moment, c'est vraiment un rêve».

Unité folk pop

L'«amoureux plein de talent» de Céleste, David Fleury, signe la composition Adieu! À demain!, «qui parle de notre histoire» et sur laquelle il pose sa voix. Pas en duo mais aux choeurs. «On avait essayé d'écrire ensemble...» L'idée a été remise à plus tard.

Tout comme celle de 'nettoyer' les chansons de son minialbum, Je vis, afin de constituer ce nouveau disque. Au final, «seules trois chansons du E.P.» se retrouvent sur Céleste. Mais pas les deux qu'elle souhaitait le plus réenregistrer, Un peu et Je vis. «C'est une surprise. Mais c'est correct.»

Le minialbum était trop décousu, chaque morceau explorant un style différent, explique la Franco-Ontarienne. «On voulait quelque chose de plus uni, cette fois.» Céleste sera moins country-folk, et plus folk-pop. 

Du coup, pour pouvoir greffer ses deux favorites à l'ensemble, «il aurait fallu les changer trop. Mais si on doit remplacer la ligne mélodique et tous les arrangements... ce n'est plus la même chanson. Alors j'ai préféré en écrire d'autres...» Elle continue de les faire en spectacle. «Mais je ne sais pas combien de temps elles vont me suivre, car je me suis beaucoup développée, musicalement et même au niveau des paroles.»

«Beaucoup de chansons sont passées à la trappe», mais il en reste tout de même seize. «On a eu beaucoup de misère à choisir, à dire non à certaines chansons»

Un premier extrait, Destin, a déjà été tiré de cet album «généreux» qui compte aussi «une chanson en anglais, écrite pour mon père», ainsi qu'une reprise d'Avec le temps de Léo Ferré, que la jeune femme avait interprétée en direct à La Voix.

L'accent, un atout

L'album Céleste est pratiquement terminé. «Il ne me reste plus qu'à retourner en studio pour faire des petits touch-ups de mots, juste pour faire sûr qu'on comprend bien chaque mot, que ça sonne universel», pouffe Céleste Lévis.

Cette pratique n'est en effet pas particulièrement courante dans l'industrie. Un traitement qu'on réserve aux voix porteuses d'accent franco? «Oui, c'est exactement ça, dit-elle en s'étranglant de rire. Je suis au courant... Mais David et Stéphane adorent mon accent. Et ils pensent que c'est un atout!»

Sa garde rapprochée, sur ce disque, sont le directeur musical de La Voix, David Laflèche, devenu son réalisateur, et le producteur Stéphane Laporte, ce «mentor de la première heure» à qui Céleste a confié la direction artistique du projet. Les atouts, c'est leur métier de les repérer. On est tenté de se fier à leur instinct...

En première partie de Francis Cabrel

Francis Cabrel sera en tournée dans la Belle Province au printemps 2016. Sa carrière artistique au Québec a été confiée à Tandem, qui gère aussi celle de Céleste Lévis.

C'est elle qui a été choisie pour assurer les premières parties du Français, qui s'arrêtera au théâtre du Casino du Lac-Leamy le 7 mai (à guichets fermés). Lorsqu'il reviendra en Outaouais le 8 octobre (toujours au casino), dans le cadre d'une tournée automnale, on fera encore une fois appel à la Franco-Ontarienne pour réchauffer les planches, indique la relationniste de Tandem.

Céleste, vedette en clôture du 400e

Céleste Lévis sera une des têtes d'affiche du grand spectacle qui clôturera les célébrations du 400e anniversaire de la présence francophone en Ontario.

Ce concert, prévu au Centre Sony de Toronto le 24 octobre, réunira plus de 100 artistes de l'Ontario français, dont les Ottaviens Le R et Big Balade (qui a signé la chanson thème de ces célébrations). La gang de L'Écho d'un peuple en profitera pour donner un spectacle exclusif, Levons nos voix.... 400 ans ça se fête!

«Ce spectacle gigantesque unit la magie du théâtre, l'émotion des voix chantées, la beauté des costumes d'époque, l'adrénaline des scènes d'action, l'excitation des effets spéciaux, la puissance de l'humour et celle de notre histoire franco-ontarienne», promet le directeur artistique Félix Saint-Denis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer