Chiclettes au coeur battant

Les membres du trio Les Chiclettes, Geneviève Cholette, Nathalie... (Photo: fournie par Les Chiclettes)

Agrandir

Les membres du trio Les Chiclettes, Geneviève Cholette, Nathalie Nadon et Julie Kim, alias Vivie (l'étourdie), Simone (l'éternel coeur brisé) et Huguette (la suave).

Photo: fournie par Les Chiclettes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Chiclettes sont de retour avec un nouvel album, Voyage à trois, où elles poursuivent l'exercice «jazz rétro des années 1940». Et c'est à Gatineau que ces Andrews Sisters modernes, Franco-Ontariennes de coeur, lancent demain le coup d'envoi d'une mini-tournée qui les conduira en Ontario et à Montréal (26 octobre).

Les deux premières odyssées d'Huguette (la suave), Vivie (l'étourdie) et Simone (l'éternel coeur brisé), avaient emporté Julie Kim, Geneviève Cholette et Nathalie Nadon (leurs interprètes respectives) De Wawa à New York, puis à Hollywood (spectacle qui reprendra bientôt la route en Alberta). Leur nouveau Voyage est celui, plus «intérieur», de trois coeurs en chamade qui errent sur le chemin cahoteux du grand Amour.

Les romantiques Chiclettes y jouent tous azimuts la carte de la séduction, de l'audace et de l'émancipation, cherchant à conquérir le coeur des hommes... Une quête toutefois «paradoxale» et «pas forcément très différente aujourd'hui», ne manque pas de souligner Nathalie Nadon, puisque c'est dans le regard de l'autre que se cherchent les trois intrépides. Leurs personnages se pâment par exemple très vite dès qu'un beau macho, Séducteur ou Mec ultra, leur décoche un sourire. Bref, personne n'est dupe, et certainement pas Mme Nadon, qui lance en rigolant que «ça prend [les] trois femmes pour faire une femme idéale».

Elles ont affûté les traits de leurs alter ego. «Nos personnages sont très drôles. On a développé un maniérisme et un vocabulaire pour chacune, qui fait qu'on peut se permettre de pousser plus loin la comédie. Et de dire des choses qu'on oserait moins, si on était "nous-mêmes" sur scène», s'amuse Nathalie Nadon.

«On ne chante pas "en personnage", mais avec nos voix d'interprètes, tout en gardant l'énergie des personnages» et une «théâtralité à la Alys Robi». L'album a cherché à capter la vitalité sont elles font preuve sur scène: «Lors des sessions d'enregistrement, on faisait des simagrées pendant qu'on chantait [ensemble], et ça s'entend.»

Ray Charles et Django Reinhardt

En 2012, le trio rétro passait l'été à La Basoche et remportait deux prix Trille Or. Mais Les Chiclettes débutaient et leurs moyens, explique Mme Nadon, n'étaient pas à la hauteur de ses ambitions. Elles devaient notamment se contenter d'un habillage contrebasse-piano.

Les Chiclettes ont pu bénéficier cette fois du soutien financier du Conseil des arts de l'Ontario. Du coup, «le nouveau cédé est beaucoup plus riche, en terme d'orchestrations», poursuit la Gatinoise d'origine. Le trio a ajouté une batterie et deux cuivres, ce qui lui permet d'adresser un clin d'oeil sonore à Ray Charles à son début de carrière, et des cordes. «Mon mari m'a demandé en mariage juste après un film sur Ray Charles.» Un mari qui n'est nul autre que Michael Barber, pianiste et directeur musical de la troupe, qui signe aussi les arrangements.

En outre, les harmonies vocales, qui sont le sel des Chiclettes, «sont bien plus complexes, parce qu'on commence à très bien se connaître vocalement, toutes les trois, même si on n'a pas encore la fusion des Andrews Sisters, qui vivaient ensemble jours et nuits».

Le nouvel album «fait aussi un petit détour par Django Reinhardt», sur la pièce Grève au trop-parfait, et, s'il délaisse les vieux succès francophones, il permet surtout aux filles d'offrir six compositions originales. C'est aussi «un album autonome, qui se tient tout seul», et pas seulement la trame sonore d'un spectacle, comme l'était De Wawa à New York.

L'avantage, exprime Mme Nadon, c'est de pouvoir faire tomber le quatrième mur, d'être plus libres de s'adresser au public. En anglais si le coeur leur en dit. Car le trio a désormais la ferme intention de s'attaquer au marché anglophone.

L'album sera disponible le 18 septembre, mais sera «offert» samedi soir, inclus dans le prix d'entrée de leur spectacle à L'Avant Première.

Pour y aller

Quand? Samedi 12 septembre, 20h

Où? L'Avant-Première (432A, boulevard Alexandre-Taché)

Renseignements: 819-595-3070 ou www.centreavantpremiere.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer