Joanie Charron, country à fond

Dimanche, Joanie Charron sera cachée derrière son nom de... (Courtoisie)

Agrandir

Dimanche, Joanie Charron sera cachée derrière son nom de plume, Bijo. Comme dans Bijo & Sun, le duo country-folk qu'elle a monté avec Marie-Soleil Provost.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce n'est sans doute pas Joanie Charron qu'on verra en premier, dimanche soir, sur la grande scène du Festival de montgolfières de Gatineau. Mais c'est assurément elle qu'on entendra le plus, tout au long du festival, et ce, dès samedi...

Dimanche, la Franco-Ontarienne sera sans doute un peu dans l'ombre des collègues - Paul Daraîche, Edith Buthler, Maxime Landry, Patrick Groulx et Gildor Roy - avec qui elle partagera la scène à l'occasion du gros party country du festival. Pas «partager» au sens de «faire la première partie», notez bien...

Elle sera en outre cachée derrière son nom de plume, Bijo. Comme dans Bijo & Sun, le duo country-folk qu'elle a monté avec Marie-Soleil Provost. Leur tandem a le vent dans les voiles: les filles ont été lauréates de Gatineau prend la scène, cet été, et viennent d'être invitées à Saint-Tite le 16 septembre, pour participer au plus gros countrypalooza du Québec.

Lancement du 104.7 FM

Mais c'est en solo que Joanie Charron se fera remarquer au parc de la Baie durant cette longue fin de semaine. Pendant trois jours, sa voix résonnera sur le site, où elle lancera  à titre d'animatrice la nouvelle saison de la station 104.7 FM Outaouais. Une petite tente, un micro - et rien que du direct.

Mme Charron a en effet quitté Unique FM, où elle animait Tout est permis, pour prendre la barre d'une toute nouvelle émission, Week-end Country, qui occupera les ondes du 104.7 chaque fin de semaine (de 12 h à 18 h 30, les samedis; de 12 h à 19 h les dimanches; et exceptionnellement de 11 h à 17 h, en ce lundi férié, afin de bien marquer le lancement automnal).

Son émission diffusera beaucoup de nu country, ce courant rock, très moderne et très populaire aux États-Unis, de la veine country. «Je ne veux pas me mettre trop de barrières avec le mot country, souligne-t-elle toutefois. On veut pouvoir bifurquer, inviter par exemple Alex Nevsky, pour voir quelle influence peut avoir la country sur sa musique à lui.»

«Cogeco m'a approchée avec un concept vraiment génial. On va être partout, présents à tous les événements country, et rencontrer plein d'artistes. Tranquillement, on ajoutera plus d'entrevues. On a plein d'idées. Des idées folles, parfois.»

La station vise à court terme à diffuser Week-end Country dans d'autres régions du Québec, soutient Mme Charron. «Il y a vraiment une demande pour la musique country, à Gatineau et partout.»

Mais qu'est-ce qui l'énerve plus? Partager la scène avec les vedettes citées plus haut, ou tenir le micro quasiment non-stop pendant trois jours?

«Je carbure super bien au stress. J'ai comme besoin de moments extraordinaires tout le temps dans ma vie. La pression m'alimente et j'ai super hâte», répond-elle en vrombissant.

La volubile animatrice a de la bouteille. Elle a été chroniqueuse culturelle à TFO et ICI Radio-Canada. En tant qu'artiste, elle a participé au spectacle Jazz on Ice au Mexique et au Moyen-Orient, chanté pour les Forces armées en Europe, et entonné l'hymne canadien devant 20 000 personnes à la Place Banque Scotia.

En fait, elle sait si bien composer avec sa nervosité... qu'elle est même en mesure de s'occuper des papillons de sa complice. «Dans mon palmarès des stress de cette grosse fin de semaine, je gère aussi celui de Marie-Soleil, qui est très différente de moi, beaucoup plus dans sa bulle - mais elle prend de l'expérience et se fait de plus en plus confiance», sourit Joanie Charron.

Un rêve devenu réalité

Jouer aux Montgolfières brasse ses émotions. «Pour un artiste de la région, chanter au festival, c'est forcément émouvant. C'est une étape permettant d'entrer dans les grandes ligues», dit-elle, en confiant qu'elle rêvait en secret, depuis longtemps, de monter sur ces planches-là. Elle en a rêvé au point de demander à sa grand-mère décédée de lui donner un petit coup de pouce céleste, en échange de la «promesse de travailler très fort de mon bord», pour y parvenir.

En tant que chroniqueuse, elle a souvent eu l'occasion de côtoyer certaines vedettes. Dont Maxime Landry, plusieurs fois. «Je n'ai jamais, jamais, voulu me servir du fait que j'étais dans les médias pour me ploguer. Maxime a été surpris d'apprendre que je chante. Mon chemin a été un peu plus long [...] parce que je refusais d'utiliser mes contacts mais j'ai aujourd'hui l'impression de récolter les fruits, et ça me fait vraiment plaisir d'être enfin reconnue pour l'artiste que je suis, et non pour mon autre rôle. De sentir que j'ai mérité ma place», avance la demoiselle de 25 ans.

«On a trois, quatre jours pour monter le spectacle, ça aussi c'est une expérience enrichissante. [Bijo & Sun] va accompagner tout le monde. On va chanter des standards country, il va y avoir des medleys et des petites surprises. On va faire par exemple une chanson de Philippe Pillips, qui s'éloigne un peu du country, et devrait plaire à un public un peu plus jeune.»

Samedi soir, la grande scène des montgolfières accueille notamment les humoristes Peter MacLeod, François Massicotte, Réal Béland et Mariana Mazza, épaulés par Martin Vachon à l'animation, et par The Brothers' Sessions, un orchestre composé de Jason Roy-Léveillée, Martin Giroux et Simon Morin.

Pour y aller

Quand? Jusqu'à lundi

Où? Parc de la Baie

Renseignements: 819-243-2330; www.montgolfieresgatineau.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer