Paul Deslauriers, par amour de la musique

Greg Morency, Paul Deslauriers et Sam Harrisson travaillent... (Courtoisie)

Agrandir

Greg Morency, Paul Deslauriers et Sam Harrisson travaillent ensemble depuis 20 ans au sein du Paul DesLauriers Band.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Non. Vous ne l'avez pas vu sur la plus récente couverture d'un célèbre magazine québécois ou en ouverture récemment d'une quelconque émission qui tire à plus d'un million de spectateurs. Paul Deslauriers roule sa bosse depuis plus de 25 ans, posant ses doigts sur une de ses nombreuses guitares - peut-être 20? - nous rappelant que chaque corde existe pour exprimer tout l'amour qu'il a de la musique.

À fouiller les 40 minutes d'entrevue réalisées au téléphone, il n'y aura pas de scandale, pas de déchirement, pas d'échec, pas de négatif à déclarer. Peut-on se douter du contraire? Pas du tout. «L'appel de la musique a toujours été plus fort que tout, c'est une passion, affirme le guitariste. Je ne pouvais pas envisager faire autre chose, je m'y consacre entièrement. J'ai dû faire plusieurs concessions, au détriment de ma vie familiale et amoureuse, mais c'est ma vie, c'est ma passion.»

Cette vie, elle est rigoureusement menée, à coup de quelque 150 spectacles par année, sans oublier les nombreux ateliers qu'il donne un peu partout dans le monde. Tout au long de sa carrière, il a aussi collaboré avec de nombreux artistes, notamment Angel Forrest, Dawn Tyler Watson et Anwar Khurshid, célèbre joueur de cithare, avec qui il a réalisé Enter the Gate, un album qu'il présentera au Cabaret La Basoche le 4 décembre 2015 à Gatineau. Courez vite acheter vos billets.

Quand on lui demande ce qui commande ses collaborations, il hésite et se questionne. 

«Rien n'est tracé d'avance, explique-t-il. C'est un hasard et une question de chimie, de rencontres lors d'un spectacle, d'improvisations et d'affinités musicales qui se dessinent au fil du temps. C'est comme l'amour, c'est inexplicable, s'exclame-t-il en riant.

Le Paul Deslauriers Band

Et bien. Le saviez-vous ou vous l'aviez oublié? Paul Deslauriers est un p'tit gars de Cornwall. Il y a grandi, il y a touché ses premières guitares, sa mère musicienne l'ayant inspiré. À quinze ans, il faisait ses premiers spectacles avant d'étudier en musique à l'Université d'Ottawa et à l'Université McGill.

Quelque cinq Lys Blues et deux Maples Blues Awards plus tard, il demeure les deux pieds sur terre. Surtout lorsqu'on lui rappelle les qualificatifs qu'on lui accole. Virtuose? Génie de la guitare? Il les refuse tous. «Beaucoup d'autres sont plus talentueux que moi, dit-il en toute modestie. Mais si je dure et que je suis reconnu «ainsi», comme vous le dites, c'est par mon travail, mon entêtement et en développant ma propre voix, un son distinctif.» Il n'en finira plus de souligner l'importance de la chimie entre musiciens, d'où ses affinités avec Sam Harrisson et Greg Morency, fidèles complices de son Paul Deslauriers Band, avec qui il travaille depuis plus de 20 ans.

«À la Basoche, vous allez entendre du blues électrique et rock, avec toutes les couleurs que vous nous connaissez. Un mois après la sortie de notre album, il s'est hissé au sommet du palmarès canadien iTunes pour le blues. On est très fiers de vous le présenter.»

Pour y aller

OÙ? Cabaret La Basoche

QUAND? Vendredi 29 mai, 20h

RENSEIGNEMENTS: 819-243-8000 ; ovation.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer