2Frères et un rêve sur les planches

«Tout ce qui compte, c'est la famille, nos... (Courtoisie)

Agrandir

«Tout ce qui compte, c'est la famille, nos parents, les enfants, les feux de camp et continuer à vivre notre rêve de p'tits culs, de faire de la musique qui parle aux gens», souligne Érik Caouette.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le temps de trois chansons, les 2Frères monteront samedi soir sur les planches de la salle Odyssée, venant pour une toute première fois à la rencontre du public gatinois dans le cadre de la tournée Un homme qui vous ressemble de Mario Pelchat.

C'est qu'ils ont fait du chemin Érik et Sonny Caouette depuis 2008, année où ils ont quitté le douillet nid familial de Chapais, leur ville natale de 1600 habitants située tout près de Chibougamau, pour poser leurs pénates en Estrie et tenter de vivre de la musique, une passion qu'ils cultivent depuis la tendre enfance, leurs parents ayant eux-même déjà formé un groupe. Les Colocs, Beau Dommage, Gerry Boulet, Corbeau et autres grands «classiques» québécois ont aussi contribué à alimenter le désir - plus fort tout - d'habiter la scène jusqu'à leurs vieux jours.

Des débuts modestes

«L'aventure artistique a commencé avec la Traversée du lac Memphrémagog, souligne Érik, le chanteur principal, au bout du fil. Mais on en a arraché pendant deux ans, jusqu'en 2010. On a même dû faire les banques alimentaires. On a fait toutes sortes de jobs, les foins dans une ferme, moniteurs dans une cabane à sucre, mais ce n'était pas suffisant pour vivre. On n'avait même pas vingt ans, c'était l'incertitude totale quant à l'avenir, mais on y croyait tout de même.»

En 2012, le vent tourne pour le duo folk-pop qui depuis deux ans tire néanmoins son épingle du jeu en chantant des covers dans les bars un peu partout au Québec. À Sept-Îles, entre deux «tounes», ils feront la rencontre de Stéphane Dussault (Les Respectables) qui les invitera à faire une maquette. Le hasard faisant bien les choses, leurs compositions se retrouveront entre les mains de Mario Pelchat.

«Quand le téléphone sonne et que Mario Pelchat te salue de sa voix grave, disons que le choc est grand, s'exclame-t-il en riant, imitant le chanteur à succès fort habilement.

Avant de parler affaires, on a tissé des liens d'amitié, Mario ne voulant pas précipiter la sortie d'un album, question de bien faire les choses.»

Une sage décision qui a permis à des gens d'expérience de se greffer à l'album Nous autres, notamment Steve Marin, réalisateur et directeur artistique, ainsi que des auteurs comme Amélie Larocque (Dans not'salon, Road Trip), Jonathan Painchaud (Casseroles et clairons), Alexandre Poulin (33 Tours) et de nouveau Stéphane Dussault (Pépé).

Depuis, les pièces Le démon du midi, Pépé et Maudite promesse ont caracolé au sommet des palmarès, les deux frères gardant toutefois les deux pieds sur terre. «On fait plus de 40 000 kilomètres en voiture par année pour voir le public, souligne Érik. Tout ce qui compte, c'est la famille, nos parents, les enfants, les feux de camp et continuer à vivre notre rêve de p'tits culs, de faire de la musique qui parle aux gens.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer