Valérie, sans barrières

Valérie Lahaie... (Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Valérie Lahaie

Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Valérie Lahaie n'a «pas reçu une pile de 30 chansons parmi lesquelles choisir» pour enregistrer les 11 pièces gravées sur son tout premier album, Vertige. «Ce disque est le résultat de 10 ans de travail, de festivals, d'ateliers d'écriture, de rencontres. C'est 10 ans de ma vie!», tient-elle à préciser d'emblée.

Avec Vertige, la protégée d'Éric Lapointe voulait donc faire comprendre au public qui l'aurait découverte à La Voix l'an dernier d'où elle vient et qui elle est. Démontrer que sa participation à l'émission résultait d'une feuille de route déjà bien remplie, incluant des premiers prix de piano, une participation aux rencontres d'Astaffort (organisées par Francis Cabrel) en 2008, et trois prix à Petite-Vallée en 2011.

L'auteure, compositrice et interprète de 22 ans ne cache pas avoir entretenu «bien des préjugés» face au concours populaire qu'est La Voix après avoir pris part à tant de festivals «de gauche, comme dirait Louis-Jean Cormier», avoue-t-elle.

Au final, ç'aura été, «avec Astaffort», l'une des plus belles expériences de sa vie. «Je me suis sentie plus libre à La Voix qu'à Granby!»

Pour elle, Vertige s'inscrit donc dans le droit-fil du chemin parcouru et de l'esprit de collaboration qui l'anime depuis ses débuts.

Champ gauche, quand elle a eu envie de s'inspirer du changement de sexe du fils d'un ami pour Sans dire un mot, elle s'est tournée vers son amie de longue date Gaële pour l'aider à en ciseler les paroles.

Puis, lorsqu'elle a ressorti Secrets du vent de ses tiroirs, c'est plutôt à Egdar Bori qu'elle a demandé conseil.

«Je suis née sans crier/sans pouvoir entendre/une mère pyromane/et un père attardé... récite-t-elle. J'avais 13 ans quand j'ai commencé à écrire ce texte-là, c'est pour ça que c'est fucké de même! Mais je savais que Bori, que j'avais rencontré à Petite-Vallée, était la bonne personne pour me permettre de le terminer.»

D'amour et de Lapointe

Pour parler d'amour, toutefois, elle n'a pas hésité, parce qu'«il n'y a pas de meilleure plume que celle d'Éric pour ça.»

Son coach et producteur ne la fait pas chanter des émotions qui ne lui appartiennent pas pour autant.

«On s'est beaucoup côtoyés, au cours de la dernière année. Éric a donc vécu en parallèle des pans de ma vie personnelle. Cela dit, si je voulais qu'on reconnaisse sa plume, je ne suis pas un sous-produit d'Éric Lapointe!» se défend-elle.

Prends-moi («la pièce la plus intime du disque», selon elle) est ainsi née d'une discussion au cours de laquelle elle lui a carrément déclaré: «Tu sais, Éric, moi, j'aime pas.»

«Je serai jamais toute nue/Laisse-moi faire le gars/Toi joue l'inconnue/Prends-moi», livre-t-elle avec cette chanson.

«Avant de connaître Éric, j'analysais les chansons que j'écoutais, explique l'artiste. Grâce à lui, j'ai laissé tomber mes barrières et je suis capable de ressentir des frissons, maintenant, en écoutant une toune...»

Si bien qu'elle rend aujourd'hui une forme d'hommage aux hommes dont elle parle dans ses textes.

«C'est ma manière de leur dire que je ne les ai pas fréquentés ou flushés pour rien, que malgré mon lourd passé sentimental, je suis contente qu'ils aient fait partie de ma vie. Je me connais mieux maintenant du simple fait que leur chemin a croisé le mien un jour.»

Elle marque une pause dans ses confidences, avant d'éclater d'un rire joyeux, à l'autre bout du fil: «Tu sais, j'ai l'air d'être volubile et extravertie, comme ça, en entrevue, mais je n'ai pas l'habitude de parler de moi autant, incluant avec mes proches. C'est par la musique que ça sort, que je m'exprime le plus, normalement!»

C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle n'éprouve aucune difficulté à assumer ce qu'elle chante sur Vertige.

«Chaque texte est parti de moi, de qui je suis, de mes émotions. Je n'ai plus peur de me mettre à nu dans mes compositions», conclut Valérie Lahaie.

Partager

À lire aussi

  • <em>Vertige</em>, de Valérie Lahaie

    Disques

    Vertige, de Valérie Lahaie

    De ses notes de tête évanescentes ou du grain rugueux de sa voix, Valérie Lahaie caresse ou écorche, rendant hommage à la différence de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer