Yoan sort de l'ombre

Yoan Garneau... (Marco Campanozzi, Archives La Presse)

Agrandir

Yoan Garneau

Marco Campanozzi, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yoan Garneau a choisi de s'éloigner des feux de la rampe, «pour prendre le recul dont j'avais besoin» relativement à sa victoire controversée à La Voix, l'an dernier.

Il est donc retourné à Ferme-Neuve, dans sa famille, pour travailler tranquillement sur son premier album, loin de la pression et de l'effervescence de Montréal. Sobrement intitulé Yoan, sa première galette atterrit dans les bacs des disquaires mardi prochain.

«Je voulais revenir avec un disque qui me ressemble à 100 %, dans lequel je suis authentique à tous les niveaux», déclare-t-il d'entrée de jeu.

À l'autre bout du fil, l'auteur, compositeur et interprète de 19 ans répond avec confiance aux questions, élabore avec bonne humeur. Et admet en riant de bon coeur qu'il se révèle peut-être là où on ne l'attend pas. «Avec une pièce comme Gonna Fall In Love With You, je joue sur un registre pas mal plus flirt. J'ai sorti toutes mes répliques de charme un peu quétaine, avec un grand sourire en coin. Ça me ressemble plus que l'on pourrait croire, ce côté charmeur et capable de rire de moi en même temps!»

Le même soir - mandaté par le réalisateur Rick Haworth d'écrire les deux tubes manquant au disque - il écrivait et composait Tu m'as manqué.

«C'est ma première chanson en français et elle aussi dévoile certaines facettes de ma personnalité.»

L'armure anglaise

One Day demeure toutefois la plus personnelle de ses pièces.

«C'est rare que j'ouvre comme ça une petite porte sur ma vie privée, mais j'avais envie de parler de cette sensation si spéciale de rencontrer quelqu'un pour la première fois et de tout comprendre d'elle d'un seul regard, parce qu'on vient de rencontrer son âme soeur...»

Yoan Garneau confirme ainsi se sentir encore beaucoup plus à l'aise de s'exprimer en anglais.

«Il y a comme un filtre qui s'installe et qui me protège. Je me sens blindé pour livrer mes émotions.»

Écrire et interpréter des textes en français ne s'avère pas plus difficile, mais «plutôt différent, je dirais».

Musicalement, il était par ailleurs important pour lui de faire entendre les vraies couleurs de son country, rock et bluesy.

«Je voulais donner beaucoup de personnalité à ma musique.»

S'il reprend des pièces telles Good Hearted Woman ou encore Baby What You Want Me To Do, il prend plaisir à raconter des histoires de son cru, «simples, mais touchantes et, surtout, intenses», mentionne-t-il.

Il s'est inspiré d'une anecdote relatée par le cousin de son père pour This Kinda Guy, sur un sans-abri affamé à qui son proche a tendu la main. Il s'est aussi glissé dans le coeur de sa grand-mère pour Together Soon, «qui est comme sa prière pour aller rejoindre mon grand-père décédé».

Yoan Garneau et son équipe peaufinent maintenant l'horaire de sa prochaine tournée. Une chose est certaine: il sera de retour au Festival country du Grand Gatineau, cet été.

Partager

À lire aussi

  • Yoan: à deux vitesses<em></em>

    Disques

    Yoan: à deux vitesses

    Ce premier album du gagnant de la deuxième saison de La Voix s'inscrit dans une veine country à la Lady Antebellum qui lui sied bien. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer