Alexandre Belliard, voyageur d'histoires

Alexandre Belliard... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Alexandre Belliard

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quoi? Vous n'avez jamais entendu la chanson contant l'épopée de Donalda Charron, cette ouvrière gatinoise qui, en 1924, mena la charge des allumettières contre le méchant E.B. Eddy? Normal: elle n'a pas encore été endisquée. Mais Alexandre Belliard profitera de son passage à la salle Jean-Despréz, vendredi, pour l'interpréter en public pour la première fois, en compagnie de Salomé Leclerc, qui prêtera sa voix à l'ouvrière, dont elle a trouvé l'histoire et la mélodie «extrêmement touchantes».

Quoi? Vous ne connaissez pas la légende d'Alexandre Belliard, ce Montréalais amoureux des lettres et de son héritage culturel, qui, vers 2010, armé d'une simple plume et de sa guitare, s'éloigna des sillons de l'industrie pour chanter en solitaire l'Histoire de l'Amérique francophone et les louanges de ceux qui façonnèrent ce coin de pays aujourd'hui plaqué «Je me souviens».

En solitaire... du moins pour les trois premiers volumes de sa série Légendes d'un peuple - lesquels se déclinent en disques, mais aussi en livres contextualisant les personnages et époques visités (les livres n'étant pas distribués, on ne peut se les procurer qu'en concert ou par le biais du site Internet de l'artiste).

Ce dernier a quand même obtenu le soutien de la communauté artistique, et de l'industrie: le quatrième tome, paru l'automne dernier sous l'étiquette Spectra Musique, est en fait un pot-pourri de chansons que s'est approprié un collectif de vedettes, dont Richard Séguin, Paul Piché, Chloé Sainte-Marie, Vincent Vallières et Alexandre Désilets.

La poésie des allumettières

«Le collectif vient donner un souffle nouveau à ce que je faisais», se réjouit le principal intéressé, qui avait toujours voulu que ce projet soit polyphonique, pour mieux faire écho aux nombreux personnages convoqués. «C'est un grand rêve enfin réalisé!»

Il sera ainsi entouré d'une partie du collectif - Salomé Leclerc, Jorane (avec sa harpe), Éric Goulet, ainsi que Stéphane Archambaut et Marie-Hélène Fortin, de Mes Aïeux - vendredi.

Ils ressusciteront Émilie Fortin, Papineau, Riel ou Chomedey. Si la bande adressera au passage un clin d'oeil à Yvon Deschamps et Félix Leclerc, elle ne manquera pas d'évoquer les remous de la crise d'Octobre, ni les cicatrices des pensionnats autochtones.

Dans une ambiance mêlant «conte, musique et humour», le groupe reprendra les 15 chansons de l'album collectif, plus quatre inédites, de façon à dresser «un portrait plus global de la francophonie en Amérique du Nord, en incluant les Métis de l'Ouest, les francophones de Californie, mais aussi l'Acadie et la Louisiane, avec Beausoleil-Broussard, tirée du tome 2», dévoile Alexandre Belliard, pour qui «c'est un privilège de faire découvrir et faire voyager ces coins de pays».

«Ça va être particulièrement émouvant pour moi de faire à Gatineau ma chanson sur les allumettières. Quel mot magnifique, de la poésie en soi.»

Visitant régulièrement sa parenté en Outaouais, il lui arrivait d'emprunter le boulevard du même nom, qui titillait sa curiosité, jusqu'à ce que Serge Bouchard, au micro de l'émission De remarquables oubliés, lui fasse découvrir ce pan de l'histoire de Hull.

Une légende du Pontiac

Car c'est en arpentant le territoire québécois qu'Alexandre Belliard a approfondi ses connaissances.

Lui qui donne de nombreux concerts en milieu scolaire, a découvert l'an dernier, lors de son passage dans une école secondaire de Fort-Coulonge, une figure héroïque légendaire du Pontiac: le coureur des bois Jean Cadieux, «qui a eu une fin absolument romanesque». Perdu en forêt, pratiquement mort de froid et d'épuisement, l'homme s'est lui-même (à demi) enterré... mais a trouvé la force de composer sur un bout d'écorce un poème à sa bien-aimée.

«J'ai découvert le poème en donnant un atelier aux élèves le matin. Je l'ai mis en musique l'après-midi et je l'ai chanté devant l'école en soirée, lors du spectacle... un moment magique!» se remémore-t-il.

La complainte de Jean Cadieux figurera sur le quatrième tome des Légendes d'un peuple. Qui, comme le suivant, est déjà écrit. Alexandre Belliard espère pouvoir sortir au moins un disque d'ici à la fin de l'année, mais il est confronté à l'éternel problème du «nerf de la guerre». Car l'artiste continue de fonctionner en indépendant, hors des réseaux de distribution, et presse ses albums «à la mitaine». Le disque est en prévente sur son site Internet.

«Le défi, c'est de se rendre jusqu'au public. Parce qu'avec un tel projet, il me faut oublier les radios commerciales et la télé. [...] Pourtant, je vois ça comme des albums de chansons "normales", pour reprendre l'expression de ma fille, parce que, dans le fond, on n'a pas besoin de connaître l'histoire de ces personnages pour apprécier les chansons.»

Pour y aller

OÙ? Salle Jean-Despréz

QUAND? Le 20 février, 20h

RENSEIGNEMENTS: 819-243-8000 ; www.ovation.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer