Jonas et The Massive Attraction fêteront leurs 10 ans au Centre des arts Shenkman

Du plaisir rock et soul, sans niaisage

Juste à temps pour le concert spécial party de 10e... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Juste à temps pour le concert spécial party de 10e anniversaire, qu'ils donneront vendredi au Centre des arts Shenkman, le rockeur Jonas (Tomalty) et sa formation The Massive Attraction (TMA) auront lancé, mardi, leur nouvel album, intitulé X.

X, comme le chiffre romain, qui souligne la décennie écoulée depuis le lancement du tout premier album paru sous le nom de Jonas, en 2004. Un disque sur lequel figurait déjà Corey Diabo, premier guitariste de TMA, «vieil ami» qui accompagnait Jonas sur scène il y a 18 ans, à l'époque où ce dernier, suivant les traces de son père bluesman, préférait se frotter au blues plutôt qu'au rock qui fesse.

Le nouvel album est une heureuse «célébration du passé, du présent et du futur du band», explique Jonas.

Sur X, il revisite avec TMA trois grands succès de ses débuts: Daddy, Bows And Arrows et Burn the House Down, «dans un habillage 2014, plus live, parce que ces chansons ont beaucoup évolué sur scène, en 10 ans». Il propose sept nouvelle chansons pour la route et se colle au présent en offrant, sur la version «deluxe» du disque destinée au marché québécois, les quatre extraits francophones du groupe: Respire, Good Life, Chante encore et l'incontournable Je crie ton nom, qui s'étaient hissée en tête du palmarès de la Belle Province.

Ces quatre adaptations signées Nelson Minville ont été ajoutées «pour remercier nos fans québécois - et québécoises - qui étaient nombreux à nous demander ça sur les médias sociaux. C'est aussi une façon de nous faire pardonner d'avoir été un peu absents pendant trois ans, à cause de nos tournées [en Europe et aux États-Unis] et de leur faire savoir qu'on est de retour!»

Sur X, Jonas a «joué avec le côté "émotif": c'est moins travaillé, moins glossy [lustré]». 

Plutôt que de céder à la tentation de passer des mois en studio, à tout peaufiner, «on a enregistré 10 chansons en 10 jours... donc pas le temps de niaiser. On a travaillé dans le plaisir, avec plein d'amis qui passaient nous rendre visite, et cette joie s'entend sur le disque. Mais on a fait ça sans Auto-Tune (logiciel de correction), ni multiplier les layers de guitares», témoigne le chanteur, qui n'a jamais été aussi «fier» de son travail.

«C'est cru, c'est raw et c'est "nous", très soul . On sent vraiment nos racines.»

La tournée liée à X n'est toutefois prévue qu'en 2015.

L'arrêt à Ottawa sera plutôt l'occasion de «revisiter beaucoup de chansons qui ne sont pas sur l'album», comme les succès radiophoniques que sont Big Slice, Breathing et autres Ultimate Low. Sans oublier leurs bombes francophones, parce que «c'est le fun de les reprendre au vol, de faire ces versions sur scène, parfois en franglais», commente le bilingue Jonas, qui switche d'ailleursd'une langue à l'autre en entrevue.

En concert

Pour ce concert, qui s'inscrit dans une série de quatre spectacles exclusifs donnés à Magog, Québec, Ottawa et Montréal, Jonas et Corey Diabo seront entourés du batteur Francis Fugère et du bassiste Julien Martre, hérités du groupe The New Cities, et remplaçant respectivement Martin Lavallée et J.S. Baclu. 

Ils seront aussi accompagnés d'une chanteuse, Carmen - Jonas tait volontairement son nom de famille - qui s'est greffée à la bande durant les sessions au studio, où elle était passée par pure amitié.

Carmen est aussi la gérante du Rosewood, le restaurant que Jonas a ouvert cet été à Mont-réal, simplement parce qu'il «aime la bouffe et accueillir le monde». Un «casse-croûte sexy à l'atmosphère relax, ouvert aux musiciens», sur le plancher duquel Jonas se retrouve régulièrement, en contact avec sa clientèle. 

Il voit cela comme «une excellente distraction» lorsque TMA n'est pas en tournée, ou en train de réchauffer les planches à Lenny Kravitz, Van Halen ou The Cult.

Ainsi qu'une distraction à la peine et la douleur ressenties après une rupture amoureuse, lesquelles teintent certaines chansons du nouvel album, convient-il.

À 35 ans, apparemment en forme, le rockeur dit avoir trouvé l'équilibre entre son «côté spirituel» et son «démon intérieur».

Pour y aller >

  • OÙ? Centre des arts Shenkman
  • QUAND? Le 28 novembre, 20h
  • RENSEIGNEMENTS: 613 580-2700 ; www.shenkmanarts.ca
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer