Retour à la source country pour Maxime Landry

Si un tel virage country semble couler de... (Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Si un tel virage country semble couler de source, il ne relevait pas de l'évidence pour autant, à l'étape de l'écriture, confie Maxime Landry.

Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La 3e rue Sud qui donne son titre au quatrième album de Maxime Landry, c'est celle où il a grandi, en Beauce. Il ne faut donc pas s'étonner que pour ce nouveau disque, le grand gagnant de Star Académie 2009 renoue avec le country ayant bercé son enfance et son adolescence. «Ça ne peut pas être plus moi que ça!» clame fièrement l'artiste de 27 ans.

C'est d'autant plus lui qu'à l'interprète, Maxime Landry a pour de bon greffé l'auteur et le compositeur. Signant 10 des 12 titres de 3e rue Sud, le principal intéressé assume totalement des facettes du métier qui l'étonnent autant qu'elles le ravissent.

«Quand les gens me demandent ce qu'ils vont découvrir de moi sur ce disque, je réponds: "Que j'écris!" Je suis le premier surpris de m'être commis autant: c'est un grand pas pour moi!» lance celui qui avait déjà apposé sa griffe deux fois sur L'avenir entre nous (2012).

La «tape» de Lynda

Ce pas important, il a pu le faire grâce à la «petite tape dans le dos» de Lynda Lemay, qui lui avait justement offert la quasi-totalité des autres chansons de ce précédent album. Lorsqu'elle l'avait invité à venir chanter à l'Olympia de Paris avec elle, cette année-là, sa «soeur d'émotions» n'avait émis qu'une condition: il pourrait monter sur scène seulement s'il livrait du matériel original.

«J'ai donc dû apprendre à me faire confiance...» Et à laisser les émotions guider sa plume.

Cela lui a permis d'offrir Petit être à son filleul de trois ans, un cadeau «conçu spécialement pour lui, qu'il ne pourra pas jeter comme une simple bébelle», fait fièrement valoir le parrain.

Ç'a aussi été une manière d'évacuer en partie la peine liée au décès de son grand-père, survenu en janvier dernier. Maxime Landry ne chante d'ailleurs pas Si tu le croises un jour avec n'importe qui: il a choisi de l'interpréter avec Renée Martel parce qu'elle lui rappelle celui qu'il considérait comme son «deuxième père».

«Quand j'ai décidé que je chanterais en duo cette pièce-là, j'ai tout de suite pensé à Renée, qui est la personne qui me fait le plus penser à mon grand-père, par son énergie, tout ce qu'elle a vécu et traversé et toutes les histoires et anecdotes qu'elle raconte lorsqu'on se retrouve sur la route avec Paul Daraîche.»

Le Beauceron partage aussi le micro avec ce dernier, sur Prière d'un hors-la-loi, ainsi qu'avec Laurence Jalbert, sur Requiem d'un soir d'orage.

«Laurence m'apaise et est devenue ma confidente, au cours de la tournée avec M. Daraîche. Un jour, on a pris la route ensemble pour un spectacle. Whisky Lullaby [enregistré par Brad Paisley et Alison Krauss] jouait dans mon auto et elle s'est exclamée, en l'entendant: "C'est ma chanson préférée!" Comme c'est la mienne aussi, j'ai pris mon courage à deux mains, en ai fait une adaptation en français au meilleur de mes capacités pour qu'on puisse la chanter ensemble!»

Si un tel virage country semble couler de source, il ne relevait pas de l'évidence pour autant, à l'étape de l'écriture, confie Maxime Landry.

«Un texte n'a pas de couleur. J'aurais donc pu prendre toutes sortes de directions, musicalement parlant, soutient-il. Mais dès que j'ai eu à trouver les notes pour accompagner mes mots, le country est remonté naturellement à la surface!»

Lui-même l'admet du même souffle: «J'ai la voix faite pour ce genre de musique. Quand on a enregistré mon album de Noël, j'ai dû penser, travailler ma voix, pour coller à l'esprit crooner. Cette fois, je n'ai pensé à rien: ça allait de soi.»

Maxime Landry a déjà hâte de revisiter son répertoire à la sauce country, pour les besoins de son prochain spectacle, avec lequel il devrait partir en tournée au printemps. Tout comme il rêve de prendre la route des festivals en compagnie de Laurence Jalbert, à l'été 2015. «On travaille justement sur un concept, parce que j'espère vraiment chanter Requiem d'un soir d'orage plusieurs fois avec elle sur scène!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer