La musique en mode liberté

Marie-Jo Thério a animé musicalement le lancement de... (Étienne Ranger LeDroit)

Agrandir

Marie-Jo Thério a animé musicalement le lancement de la programmation de La Nouvelle Scène, hier, chez Maxwell's à Ottawa.

Étienne Ranger LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le concept, on le connaît par coeur. Des concerts (très) intimistes, un public de fidèles, conscient d'assister à des représentations privilégiées, où les artistes se retrouvent là, sans fard, à quelques centimètres... Cette saison 2014-2015, la programmation musicale de La Nouvelle Scène reprend du service, mais change de tempo: quatre rendez-vous seulement sont à l'affiche, qui misent avant tout sur des rencontres hautement insolites. Imaginez l'artiste Marie-Jo Thério, blonde Acadienne échevelée, donner la réplique à Philippe B, auteur-compositeur-interpète talentueux à l'allure de premier de classe. Le producteur Marcel Aymar l'a fait. Ce duo aux antipodes musicaux fait partie de la première Rencontre inédite, programmée sous sa houlette le 30 octobre à l'École secondaire De La Salle.

«Certains artistes partagent des affinités, d'autres pas, mais tous sont aventuriers», rétorque M. Aymar, nouveau programmateur musical de la Nouvelle Scène.

Le producteur compositeur a déjà oeuvré au sein de la troupe d'André Paiement au Théâtre du Nouvel-Ontario, à Sudbury, en plus d'être membre fondateur du groupe CANO, entre autres faits saillants de sa longue carrière dans le domaine artistique.

Musique hors cadre

Oubliez ces concerts qui tournent de ville en ville comme des machines bien huilées. Lui préfère créer les conditions minimales au surgissement de l'inédit: peu de répétitions, beaucoup d'improvisation, la musique promet d'être livrée dans son plus simple appareil acoustique. La tâche n'est pas aisée pour les artistes, mais réserve de belles surprises aux spectateurs.

«Je provoque des situations où les musiciens sont poussés à être le plus vrai possible le temps d'un concert qui ne se reproduira plus jamais», résume Marcel Aymar.

La seconde Rencontre inédite présentera le tandem Cécile Doo-Kingué et Yves Desrosiers (15 avril).

Ainsi le directeur musical entend mener son nouveau mandat au sein de La Nouvelle Scène: en s'inspirant du caractère «éphémère» propre à toute création théâtrale, en conviant les musiciens à sortir de leur zone de confort, tout en appuyant certaines initiatives locales.

Dans cet esprit, il a imaginé une soirée symphonique à Quand ça nous chante, ce festival à destination des élèves des écoles secondaires les conviant à une immersion dans l'industrie musicale au contact d'artistes professionnels. Quatre interprètes représentés par l'Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM) seront accompagnés de l'Orchestre symphonique De La Salle: Tricia Foster, Anique Granger, Le R et Mehdi Hamdad (7 mars).

Ajoutons à cela le Cercle des créateurs: quatre auteurs-compositeurs-interprètes se partagent la scène et livrent chacun à tour de rôle des chansons de leur répertoire. L'animateur de la soirée, Robert Paquette, interrogera ses invités sur leur travail de création. Le 4 décembre, l'événement rend hommage à l'École nationale de la chanson avec d'anciens diplômés: Damien Robitaille, Alex Nevsky, Caroline Savoie et Andréanne A. Malette.

En attendant les nouveaux locaux de La Nouvelle Scène, en 2015, Marcel Aymar mijote déjà sa prochaine programmation musicale. Il inclurait «un volet émergence/exploration et un autre dédié à la musique instrumentale». Affaire à suivre...

POUR Y ALLER :

OÙ ? École secondaire de La Salle et Quatrième salle du CNA

RENSEIGNEMENTS ? 613-241-2727, poste 1; nouvellescene.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer