Entre archets et archives

La violoniste Victoria Anne Flood est entourée (par... (Étienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

La violoniste Victoria Anne Flood est entourée (par le chef d'orchestre Serge Fortin, le président du C.A de l'OSJO Rémi Côté, le conseiller municipal Richard Begin et le maire, Maxime Pedneaud Jobin.

Étienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Orchestre symphonique des jeunes de l'Outaouais (OSJO) revisitera en musique et en images « 150 ans d'histoire » régionale dans le cadre d'un grand spectacle prévu le 11 juin, à l'auditorium du Cégep de l'Outaouais.

Parrainé par le maire de Gatineau Maxime Pednaud-Jobin en personne, L'OSJO se souvient célébrera chacune des municipalités fusionnées au sein de la nouvelle ville de Gatineau, à travers sept de leurs plus illustres et « audacieux » résidents.

Ainsi, ce concert retracera le parcours du peintre hullois Jean Dallaire et de la dramaturge gatinoise Gabrielle Deziel-Hupé, mais aussi les « bâtisseurs » que furent Robert Conroy et sa femme Marie McConnell, dont les noms sont associés à l'Hôtel British d'Aylmer, et James MacLaren (père), à la source de l'empire industriel créé à Buckingham. La religieuse Éléonore Potvin, fondatrice du couvent des Servantes de Jésus-Marie, qui a été choisie pour représenter Masson-Angers. La sélection a été faite par un comité piloté par le conseiller municipal Richard Bégin, notoirement féru d'histoire et de patrimoine. 

Pour s'inscrire dans son époque, le concert voulait aussi honorer un « personnage contemporain ». Les organisateurs ont choisi la Fondation LANI, un OSBL gatinois qui oeuvre à la prévention du suicide chez les jeunes, et avec qui l'OSJO collabore depuis plusieurs années.

Le spectacle s'inscrit dans le cadre des festivités entourant le 150e anniversaire du Canada.

Les musiciens de l'OSJO interpréteront des compositions originales signées Dominic Brazeau, qui s'est évidemment inspiré d'éléments biographiques des personnages qu'il évoque en musique. Pour la trentaine de jeunes âgés entre 12 et 25 ans qui composent l'OSJO, un tel exercice constitue donc un « défi supplémentaire », entre autre parce qu'il n'existe pas d'enregistrements auxquels se référer, soulève la violoniste de 21 ans Victoria Anne Flood, membre de cette « grande famille » symphonique depuis quatre ans. 

Les membres de l'orchestre ont toujours leur mot à dire dans le choix et le traitement des oeuvres qu'ils exécutent (à raison de trois concerts par an), a quant à lui rappelé le directeur musical de l'OSJO, Serge Fortin, mercredi, en conférence de presse. Le chef d'orchetre se réjouit en outre que ce « projet rassembleur », conciliant la musique et l'histoire, mais aussi les jeunes et les aïeux, soit une création « 100% gatinois(e) ».

Des capsules vidéo - créées par Pierre Sylvestre - accompagneront l'orchestre. Entre les pièces, chaque personnage sera présenté par Daniel Mathieu, qui sortira de sa retraite radio-canadienne pour jouer au narrateur.

« Ça va être une des belles activité du 150e. Il y en a qui sont flamboyantes, comme les Mosaïcultures ; celle-là est une de celles qui ont la plus grande profondeur. Entre autres, parce que c'est profondément identitaire », a renchéri le maire de Gatineau, Maxime Pednaud-Jobin, en précisant qu'il n'accepte que très rarement, d'habitude, les présidences d'honneur qu'on lui propose. 

Mais, « séduit » par le vent de jeunesse qui souffle sur le projet, et par le fait de « s'enracine dans la culture de chaque secteur », le maire tenait à « encourager » cette « relève musicale » dans sa quête de « transmission de la beauté » qui nous élève ».

Renseignements : osjo.org ; lepointdevente.com ; 819-968-0807




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer