Les femmes donnent le «la»

Le Cecilia String Quartet fera à nouveau résonner... (Courtoisie)

Agrandir

Le Cecilia String Quartet fera à nouveau résonner ses cordes lors du Festival de musique de chambre d'Ottawa.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au 19e siècle, l'idée que des femmes puissent composer de la musique paraît peu concevable. Aujourd'hui encore, les compositrices se font rares...

Aussi, l'idée lumineuse et conciliatrice de concocter un programme de pièces écrites uniquement par des Canadiennes. 

Exclusivement féminin et contemporain, le concert Hommage aux femmes canadiennes et musiciennes nous dévoilera, sous les archets du Cecilia String Quartet, quatre nouvelles partitions commandées expressément par cet ensemble à cordes établi à Toronto.

Si la formation n'en est pas à sa première prestation au Festival du musique de chambre d'Ottawa - «nous sommes venues les sept dernières années,» rappelle la violoncelliste Rachel Desoer -, le quatuor étrennera ses nouvelles oeuvres au cours d'un même programme le 29 juillet, à 15h, au Musée des beaux-arts du Canada. 

Une «mise à l'épreuve», analyse à la musicienne, et une découverte pour le public présent qui découvrira ainsi les pièces Isabella Blow at Somerset House de Nicole Lizée, Variations tantric de Kati Agocs, Taxonomy of paper wings d'Emilie LeBel et Quatuor à cordes numéro 3 de Katarina Curcin.

Partant du constat que les femmes compositrices avaient été oubliées de l'histoire de la musique, le Cecilia String Quartet a voulu les réhabiliter à sa manière, en les interprétant, certes, mais aussi et surtout en leur passant commande pour de nouvelles oeuvres.

«Nous avons été frappées par le fait que les compositrices font partie d'une petite minorité en musique classique, minorité encore plus criante en ce qui concerne les partitions pour quatuor à cordes, note Rachel Desoer. Nous avons pensé que nous pouvions commencer par agir nous-mêmes si nous voulions que les femmes soient davantage représentées en musique»

Débute alors, il y a trois ans, un défrichage musical afin de dénicher les compositrices canadiennes talentueuses et disponibles. 

«Nous avons caressé l'idée de leur donner un thème, autour des femmes et de l'art, par exemple, mais nous avons finalement décidé de leur laisser carte blanche, la seule contrainte étant d'écrire pour un quatuor à cordes.» 

Les compositrices joueront donc avec la fantaisie rêveuse et piquante qui leur convient. 

Le Cecilia String Quartet placé sous les auspices de Sainte Cécile, patronne des musiciens, n'a eu aucun mal à réunir l'argent nécessaire pour financer ces commandes. 

«Le Canada aide généreusement ses compositeurs ainsi que la création musicale, il existe donc de nombreuses aides financières auxquelles nous avions droit.» 

Les festivals classiques, eux, sont en revanche plus frileux à programmer des créations contemporaines. Celles-ci seront jouées «une à la fois» lors des prochains concerts classiques du Cecilia String Quartet. 

Min-Jeong Koh et Sarah Nematallah au violon, Caitlin Boyle à l'alto et Rachel Desoer au violoncelle préparent aussi l'enregistrement de leur quatrième album, dont la sortie est prévue en 2017. 

L'occasion d'endisquer leurs nouvelles partitions pour que celles-ci ne tombent pas aussitôt dans l'oubli.

Pour y aller

Quand? Le 29 juillet, 15h

Où? Musée des beaux-arts du Canada

Renseignements: 613-234-8008 ou www.chamberfest.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer