• Le Droit > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • Un cheval entre dans un bar, par David Grossman **** 

Un cheval entre dans un bar, par David Grossman ****

Seuil, 240 pages...

Agrandir

Seuil, 240 pages

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / L'auteur israélien David Grossman a remporté, mi-juin, le Man Booker International pour Un cheval entre dans un bar. Ce prix, l'un des plus prestigieux, récompense un ouvrage étranger traduit en anglais et paru au Royaume-Uni. Séance de rattrapage estivale dans un théâtre miteux de Netanya, en Israël, pour voir le comédien Dovaldé livrer l'ultime spectacle de sa carrière.

Des premières paroles lancées au public jusqu'au retrait final de la scène, David Grossman nous convie au coeur d'une prestation médiocre de stand-up. Formidable, pense-t-on: nous voici en plein récit loufoque, quelque chose de désespéré à la Woody Allen, où les sketches à l'humour noir s'enchaînent entre deux blagues salaces. Sauf que cela dure le temps des premières pages, puis la narration nous déroute. Elle navigue entre le regard étonné d'un ami du comédien invité à assister au spectacle et le récit finalement douloureux de Dovaldé lui-même. Dans un huis-clos parfois étouffant, accablé de rires gras, de silences gênés et de remarques salaces, l'ami d'enfance témoigne, médusé: «Je me demande bien comment il s'y est pris, comment en moins de temps qu'il faut pour le dire il est parvenu à transformer la salle et même moi en habitué de son âme, en otages de son âme, en quelque sorte.» 

C'est toute la mécanique comique réglée sur l'art délicat de maîtriser son public que David Grossman détaille avec brio. Passant du coq à l'âne, il se livre à une sorte de critique acerbe de la société israélienne, s'attaquant sans pitié aux spectateurs présents avant d'entamer un virage introspectif inattendu. Plus ou moins choqués ou ennuyés, les convives apparaissent ou disparaissent au gré des sketches. L'auteur semble brouiller les pistes derrière la bouffonnerie de son personnage mais une progression secrète, finement amenée par une maïeutique toute socratique, s'esquisse peu à peu. In fine, David Grossman met en scène (littéralement) la puissance du langage comme révélateur intime.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer