• Le Droit > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • Je ne suis pas de ceux qui ont un grand génie, par Sévryna Lupien *** 

Je ne suis pas de ceux qui ont un grand génie, par Sévryna Lupien ***

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Il s'appelle Victor, mais préfère Auguste, comme prénom. Parce que ç'a plus de prestance (à preuve, il cite Renoir et Comte) et que ça rend bien ses ambitions à faire parler de lui aussi «dans un gros livre avec une reliure en cuir brune qui protège une tonne de pages remplies de texte sans images».

Une fois, bien sûr, qu'il aura réussi à fuir l'orphelinat Sainte-Marie-des-Cieux où, avec son ami Gustave, il aspire à une vie dans laquelle il pourrait éviter de parler de maths et de Dieu, et exercer son droit de veto, qu'il associe à «un dictateur déguisé en vétérinaire».

Le ton est d'emblée donné par Sévryna Lupien: Victor-Auguste a une imagination tout aussi foisonnante que ses rêves. Et une candeur qui rappelle Forrest Gump, aussi, tant dans sa manière de raconter l'Histoire (la lutte des Noirs aux États-Unis; une certaine étoile jaune, qu'il aimerait bien porter comme celle d'un shérif, etc.) que dans son désir d'appartenance à un clan, une communauté. Victor-Auguste entretient donc ses relations comme il prendrait soin d'une plante dans l'espoir de la voir fleurir. Il incarne aussi la satisfaction du travail bien fait, des petits et grands bonheurs partagés. Et, surtout, la capacité à voir le beau autour de lui, y compris dans la rue et la misère...

Certes, on se questionne sur la déconcertante facilité avec laquelle le héros se retrouve à vivre à New York (en anglais, donc dans une langue autre que la sienne). Puis, il y a cette fin détricotée serré par Sévryna Lupien, mais dont quelques ficelles apparaîtront malgré tout un brin tarabiscotées inutilement. N'en reste pas moins ce sentiment d'avoir rencontré des êtres profondément humains et attachants, au fil des pages d'un premier roman qui laisse entrevoir une voix qu'il sera intéressante de suivre.

Stanké, 184 pages




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer