Jeux de miroirs, par E.O. Chirovici ***

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Ça commence par quelques pages d'un manuscrit, acheminé par un homme âgé à un éditeur, dont la suite pourrait éclairer un meurtre toujours entouré d'une aura de mystère, près de 30 ans - et la condamnation (erronée?) d'un suspect - plus tard.

Assassiné à son domicile, Joseph Wieder était un spécialiste de la psychologie cognitive, un professeur reconnu pour ses travaux sur la mémoire et les souvenirs. Or, Richard Flynn, alors étudiant à Princeton et amoureux d'une certaine Laura Baines, travaillait pour lui, au moment de sa mort. Convaincu d'avoir affaire à un témoin clé d'une affaire judiciaire qui en a intéressé plus d'un à l'époque, et pensant ainsi pouvoir publier un titre percutant, Peter Katz mandate le journaliste John Keller de s'assurer que ce Flynn constitue une source fiable, qu'il est bien celui qu'il prétend être. L'émissaire devra surtout retracer les pages manquantes du fameux manuscrit. Car, coup de théâtre, Flynn décède à son tour, sans que sa conjointe ne réussisse à mettre la main sur ladite suite... Keller lancera alors l'ancien policier Roy Freeman sur la piste des deux morts.

E.O. Chirovici orchestre ainsi habilement une «enquête» à relais autour de Flynn, Wieder, Baines et d'autres personnages tout aussi intrigants qui surgissent du passé au détour d'un paragraphe. Qui se cache derrière Derek Simmons, accusé d'avoir tué son épouse, interné plutôt qu'incarcéré sur recommandation de Wieder, qui le prendra plus tard sous son aile en lui confiant l'entretien de sa résidence? Pourquoi le regard de Laura Baines devient-il glacial dès qu'on lui pose des questions sur un possible triangle amoureux entre Wieder, Flynn et elle? Et pour qui Joseph Wieder étudiait-il vraiment le pouvoir des souvenirs sur la psyché des gens? 

Petit à petit, par d'intéressants Jeux de miroirs, E.O. Chirovici lève le voile sur les intentions insoupçonnées des uns et les ambitions inavouables des autres. Et rappelle qu'au final, tout est souvent affaire de perceptions et d'interprétations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer