Une histoire de l'art expliquée à tous *****

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Une histoire de l'art expliquée à tous, qui réunit d'authentiques chefs-d'oeuvre, est, en terme d'initiation à l'art pictural, un chef-d'oeuvre en soi.

Il se dévore ou se grignote comme un livre de contes, faisant découvrir par la bande une soixantaine d'oeuvres, à travers des saynètes donnant vie aux artistes qui les ont signées. Cela, en respectant la chronologie historique, et en tissant même discrètement des liens logiques entre les différents mouvements artistiques évoqués à l'arrière-plan des histoires.

L'ouvrage est sous-titré la nuit étoilée de Vincent et autres récits, allusion à la célèbre toile de Van Gogh. On découvrira le peintre dans la chambre de son hôpital psychiatrique, prêt à traduire en coups de pinceau - parce qu'il n'y parvient pas avec les mots - toutes les émotions nocturnes qui l'envahissent pendant qu'il observe, de sa fenêtre, ce grand cyprès qui, au loin, ondule et semble danser sous l'effet conjugué du vent et de la lune. Ce récit aura su évoquer, brièvement et subtilement, les grands jalons du passé du peintre : sa fascination pour l'impressionnisme, sa période 'tournesols', sa relation avec Gauguin, sa pauvreté et l'épisode de l'oreille. Rien de sordide, pourtant : le ton est grave, voire angoissant, mais plein de tact et de poésie. 

Les autres textes ne sont pas tous aussi dramatiques. Le livre est organisé en très courts chapitres, chacun composé d'un récit ne dépassant pas trois pages, et précédé d'une photo d'une oeuvre emblématique de l'artiste (peintre, sculpteur ou photographe) dont il sera question. Les histoires sont illustrées avec goût par Kate Evans.

Le plus remarquable, c'est que le texte, préférant emprunter le langage des sentiments, voire le ton des contes, réussit à ne laisser quasiment rien paraître de sa vocation didactique. 

Au sein des saynètes, l'auteur britannique Michael Bird, (qui est aussi historien) cache de très nombreux éléments informatifs. En dégageant des pistes de réflexion ou de questions, il ne briment pas les esprits curieux. Mais il mise avant tout sur une narration fluide et des dialogues, plus aptes à conserver l'attention des jeunes lecteurs. Les mots-clefs plus techniques sont simplement accompagnés d'un astérix ; libre au lecteur d'aller consulter le contenu plus scolaire du glossaire glissé en fin de volume, entre une mappemonde, une chronologie retraçant 40 000 ans d'art et l'index des oeuvres reproduites (avec leur nom, provenance, taille, matériaux utilisés, etc.).

Parfait exemple d'une vulgarisation réussie, ce réjouissant livre multiplie les perspectives : la gloire de Rodin, par exemple, est perçue à travers le prisme d'un critique d'art ne cachant pas sa préférence pour Camille Claudel. De l'ère préhistorique (la statuette L'Homme-lion) à l'époque contemporaine (l'emprisonnement d'Ai Weiwei en Chine ; Louise Bourgeois (l'araignée Maman), seront mis en scène plusieurs grands grands - Vélasquez dans son atelier royal, Frida Khalo dans son lit, etc. - et quelques anonymes, tels ces moines enlumineurs médiévaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer