• Le Droit > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • La vie sexuelle des écrivains, d'Iman Bassalah *** 

La vie sexuelle des écrivains, d'Iman Bassalah ***

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Sur la couverture, une plume en guise de triangle suggestif et cette promesse d'entrer dans l'intimité des plus grands auteurs: Hugo, Proust, Duras, La Fontaine.

Dans un style non dénué d'humour, l'auteure passe au crible la vie (très) intime de huit écrivains, toutes époques confondues. En s'inspirant de leurs écrits et des témoignages extérieurs de tiers, elle démontre combien ces personnalités ont été guidées par la passion... mais pas que. Elles sont, rappelle-t-elle, des hommes et des femmes comme les autres: leur vie sexuelle, parfois hors du commun, est-elle pour quelque chose dans leur oeuvre? Se poser la question, ce n'est pas céder au voyeurisme, c'est s'interroger sur les véritables mécanismes de la création littéraire, sur la fabrique d'un écrivain. De quel bois Simenon, Colette, Madame de La Fayette ou encore George Sand étaient-ils faits? 

Écrivain et amant de grande santé, Victor Hugo est aussi insatiable: il collectionne les maîtresses mais quand sa femme, Adèle, «faillit» à son tour, il ne lui pardonne pas. Il faudra que l'épouse compose avec l'existence de son harem: Juliette, Léonie, Judith, Marie... et toutes les autres qu'il préfère de plus en plus jeunes à mesure qu'il vieillit. En matière de missives amoureuses, l'auteur des Misérables finit par subir des pannes d'inspiration et envoie des lettres similaires aux maîtresses... autant de pièces à conviction pour ces rivales impitoyables.

Autre époque, autres moeurs avec Madame de La Fayette (1634-1693), entremetteuse des coeurs à la cour de roi, tisseuse d'intrigues, de critiques, précieuse emprisonnée dans un mariage qu'elle tient en aversion. Selon les codes de bienséance, le corps reste à deviner dans ses écrits, avec le moins de détails possibles. L'amour courtois se traduit alors par une réalité sexuelle sublimée en poésie. Tout le contraire de La Fontaine, grand libertin devant l'éternel qui, avec tout l'art de l'anthropomorphisme qu'on lui connaît, n'hésite pas à appeler un chat... un chat.  

La vie sexuelle des écrivains permet ainsi de prendre le pouls d'une époque, le tempérament d'une société. À siroter chapitre après chapitre en prenant son temps...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer