• Le Droit > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • Vous n'aurez pas ma haine: la vie, la résilience **** 1/2 

Vous n'aurez pas ma haine: la vie, la résilience **** 1/2

Le DroitMaud Cucchi 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ne pas nier les faits, ne rien occulter de la réalité pour mieux la vivre et la faire partager sur le vif... Antoine Leiris n'est pas un homme plaintif.

Il a perdu sa femme au Bataclan dans les attentats du 13 novembre 2015.

Tout commence par une mère qui ne revient pas. Il est 22h37 et le petit Melvil, 17 mois, s'endort sur les berceuses de son père, car sa maman n'est pas encore rentrée. Le lendemain non plus. À 20h, le journaliste reçoit un appel: sa femme Hélène a été assassinée par les terroristes. Tout commence par une douleur qui va brutalement changer son quotidien et son point de vue sur le monde. Pour son fils, Antoine Leiris doit tout reconstruire.

Témoignage autant qu'hommage, non-fiction littéraire empreinte d'humilité et de force, Vous n'aurez pas ma haine est la version longue d'un cri du coeur posté sur Facebook trois jours après les attentats. Ces mots ont fait le tour de la toile: «Vendredi soir vous avez volé la vie d'un être d'exception, l'amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n'aurez pas ma haine...»

Publié quelques mois seulement après la lettre devenue virale sur Facebook, le livre éponyme s'apparente à un carnet quotidien des 10 jours qui ont suivi le drame. 

Dans un court récit sur le deuil et la survie, l'auteur raconte comment il s'est aussitôt consacré à son enfant et à l'écriture dans les jours qui ont suivi la mort de sa femme. S'occuper de son bébé le maintient debout comme une preuve de son existence.

Son témoignage poignant sur la tendresse et l'amour à préserver, l'absence insupportable, est aussi sa façon de coudre ces fameux lambeaux ensemble pour trouver le chemin vers l'apaisement. On parlerait aujourd'hui de résilience. On est confondu par la justesse de ton, l'écriture épurée et l'intensité de ce témoignage qui bouleverse aussi par sa nécessité.  

Il fallait une conscience du verbe pour, de ce travail de deuil, vaincre la violence et donner vie à un grand chant d'amour, d'errance et d'espoir.

--

Vous n'aurez pas ma haine, d'Antoine Leiris 

Fayard, 144 pages

**** 1/2

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer