Oublie la nuit: meurtris par la vie ***

Le DroitValérie Lessard 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / D'entrée de jeu, la tragédie: Pacôme, le jeune fils de Gabriel et Audrey, meurt noyé lors d'une sortie en canot avec son copain Morgan et ses parents, Ethan et Mélanie. Inconsolable, Audrey se replie sur elle-même. Gabriel, qui n'en peut plus de son indifférence, cherche par tous les moyens à l'atteindre.

Un soir, après une scène particulièrement éprouvante, il quitte toutefois la maison, loue une chambre d'hôtel, descend prendre un verre (ou deux, ou trois...) au bar de l'établissement. Y rencontre une femme... qui sera retrouvée morte dans un parc peu de temps après, et au moment même où l'homme vient de s'installer dans un appartement où il accueille parfois son petit voisin de palier, Rémi, un gamin de l'âge, ou presque, de son fils défunt.

Au-delà de l'enquête en tant que telle (plutôt convenue, il faut l'admettre), Oublie la nuit s'avère surtout (et heureusement) un roman explorant entre autres les conséquences de perdre un enfant sur un couple et son entourage. Par le biais des inévitables fausses pistes qu'elle fait suivre à son tandem de policiers mené par Rachel Toury, et qui les mèneront jusque chez le père du jeune Rémi, Agnès Ruiz (Ma vie assassinée et sa suite, Le rêve de Mady, La main étrangère...) met en scène une galerie de personnages meurtris par la vie, aux prises avec des secrets et un passé qui finit inexorablement par les rattraper.

Par ailleurs, on sent très bien, dans sa manière de dévoiler peu à peu la vraie nature de Rachel Toury, que l'auteure franco-québécoise entend bien faire reprendre du service à cette dernière en donnant une, voire plusieurs suites à Oublie la nuit.

--

Oublie la nuit, d'Agnès Ruiz

À l'étage, 444 pages

***

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer