Envoyée spéciale: l'aventure Constance ***1/2

Jean Echenoz... (Courtoisie, Rolland Allar)

Agrandir

Jean Echenoz

Courtoisie, Rolland Allar

Le DroitMaud Cucchi 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Un kidnapping où l'otage co-opère au-delà des espérances, une intrigue sans grande vraisemblance: Envoyée spéciale n'a rien du roman d'espionnage traditionnel.

Mais il y a quelque chose d'irrésistible dans le talent d'observateur de Jean Echenoz qui nous gratifie, en plus, d'un personnage inoubliable de belle ingénue. En cavalcade, l'héroïne ne trouvera son salut que dans son imperturbable naïveté et sa constance. C'est d'ailleurs ainsi qu'elle s'appelle, Constance.

L'auteur a su en tirer le portrait parodique d'une femme-enfant redoutable et très douée pour se sortir de toutes les situations. Enlevée en plein Paris par les hommes du général Bourgeaud, pour des raisons qu'elle ignore (et nous aussi), Constance ne s'en formalise guère. De toute façon, le couple qu'elle formait avec le compositeur Lou Tausk battait de l'aile, la jeune femme était prête à de nouvelles aventures. C'est dans la douce quiétude de la Creuse qu'elle effectuera la première partie de son séjour sous haute surveillance, gardée par les hommes de main du général. Cure de santé plutôt que séquestration: la victime est dotée d'un bon caractère inaltérable. Une âme qui, sûre de la bienveillance du monde l'entourant et de la pureté des sentiments, les exprime sans voile, sans recherche et sans malice, avec quelque chose de noble et de candide. Imperturbable, incorruptible Constance qui semble désarçonner le narrateur lui-même...

En apparence omniscient, ce dernier tantôt prophétise d'incroyables aventures, tantôt semble s'étonner en même temps que son lecteur du cours que prend l'intrigue. Il désamorce minutieusement tout suspens, construisant plutôt son récit par petites touches impressionnistes d'observations au lyrisme neutre.

Jouant sur le parallélisme des destins, Envoyée spéciale apparaît surtout comme un roman d'atmosphère, de la morne Creuse et ses éoliennes qui «donnaient un peu de mouvement» au paysage jusqu'à l'excursion finale en Corée du Nord sur le yacht de Kim Jong-un.

Le comble du périple? Non, il y a mieux encore...

--

Envoyée spéciale, de Jean Echenoz

Éditions de minuit, 320 pages

***1/2

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer