• Le Droit > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > Rentrée culturelle: au marathon des mots outre-Atlantique 

Rentrée culturelle: au marathon des mots outre-Atlantique

Pour les fans de Christine Angot, Un amour impossible raconte... (Photo: Jean-Luc Bertini, fournie par Flammarion)

Agrandir

Pour les fans de Christine Angot, Un amour impossible raconte la rencontre de ses parents, dévoile davantage le personnage de la mère maintenant que l'on connaît celui du père incestueux.

Photo: Jean-Luc Bertini, fournie par Flammarion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ah, la rentrée littéraire... Pour un amoureux des livres, c'est la période la plus excitante de l'année, synonyme d'avalanche de nouveautés. Pour s'y retrouver, entre jeunes pousses et vieilles plumes, voici un débroussaillage des titres les plus attendus venus de France et d'Europe.

Sans surprise, les hôtes de marque des grandes maisons d'éditions s'appellent Amélie Nothomb, Alain Mabanckou (Petit Piment, un peu décevant), Philippe Delerm (Les eaux troubles du mojito) sans oublier Eric-Emmanuel Schmitt (La nuit de feu) ou encore Yasmina Khadra qui vient de revenir sur La Dernière Nuit du raïs (celle de Kadhafi).

Cette année encore, elles vont faire parler d'elles. Delphine de Vigan joue les fildeféristes entre réel et fiction, avec D'après une histoire vraie, le récit intime d'une romancière, Delphine (tiens, tiens), qui bloquée par un beau succès, peine à écrire jusqu'au jour où elle rencontre l'amie idéale... en apparence. Pour les fans de Christine Angot, Un amour impossible raconte la rencontre de ses parents, dévoile davantage le personnage de la mère maintenant que l'on connaît celui du père incestueux.

Dans la rubrique des relations familiales conflictuelles, Eva, de Simon Liberati, livre un portrait romancé d'Eva Ionesco, célèbre pour avoir été dans son enfance le modèle dénudé de sa mère Irina Ionesco. Agnès Desarthe compose l'un des romans les plus captivants de cette rentrée littéraire avec Ce coeur changeant, récit initiatique au féminin tandis que Christophe Boltanski dresse le portrait d'une famille fusionnelle, bourgeoise et anticonformiste dans La Cache.

À mi-chemin entre la rubrique des faits divers et la littérature, meurtres et décès ont la cote ces temps-ci. On en retrouve dans plusieurs romans de la rentrée, version fiction pure (le très clinique et farfelu Coeur du problème de Christian Oster), ou version réel réinventé: La Septième Fonction du langage, de Laurent Binet, imagine que Roland Barthes n'a pas été tué dans un accident mais aurait été assassiné; l'enquête convoquera tous les acteurs de l'intelligentsia internationale de l'époque.

Quand les feuilles seront tombées...

Plus tard en novembre, Marylis de Kérangal (l'auteure de Réparer les vivants) nous replonge dans le naufrage des réfugiés libyens au large de l'île de Lampedusa, en 2013, catastrophe qu'elle croise avec la chute de l'aristocratie sicilienne du début du 20e siècle (À ce stade de la nuit).

Il faudra également attendre le mois de novembre pour découvrir le dernier Christian Bobin, Noireclaire, dans lequel l'auteur vient déposer «un petit bouquet mortuaire» et poétique sur la tombe de la femme aimée. Les amoureux de styles ciselés pourront toujours patienter en compagnie de Jean-Philippe Toussaint (Football, prévu fin septembre)

Les nouveaux visages de la rentrée littéraire s'appellent Aram Kebabdjian (Les Désoeuvrés), Anne Dufourmentelle (L'envers du feu), Frédéric Viguier (Ressources inhumaines), Gerard Mordillat (La brigade du rire). Et les primo-romanciers venus de l'étranger? L'Italien Alessandro Mari (Les folles espérances), la Brésilienne Vanessa Barbara (Les Nuits de laitue), l'Indienne Deepti Kapoor et sa relecture de L'Amant, de Duras, version New Delhi (Un mauvais garçon). Ou encore l'Américaine Kimberly McCreight qui signe, avec Amelia, un premier roman traduit en français sur le malaise de l'adolescence à l'heure des réseaux sociaux.

Un conseil? Passez du temps en librairie, flânez, ouvrez un livre au gré des envies, lisez quelques pages, refermez le roman qui vous ennuie pour celui qui vous attend sur l'étagère voisine. Bonne lecture!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer