Rentrée culturelle: à vos livres!

L'événement de la rentrée littéraire québécoise? C'est Michel... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

L'événement de la rentrée littéraire québécoise? C'est Michel Tremblay, qui met un point final à La diaspora des Desrosiers.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pendant que les arbres se préparent à perdre leurs feuilles, les lecteurs, eux, sont conviés à en faire le plein. Survol d'un automne littéraire foisonnant.

Fin de cycles

L'événement de la rentrée littéraire québécoise? C'est Michel Tremblay, qui met un point final à La diaspora des Desrosiers. Nana, Gabriel et les leurs emménagent dans un nouvel appartement, rue Fabre, en août 1941. L'écrivain les entraîne dans La traversée du malheur... jusqu'à entrevoir La grosse femme d'à côté [qui sera bientôt] enceinte.

Stéphane Dompierre clôt sa trilogie sur l'art de devenir un homme avec Tromper Martine (Québec Amérique). Et la Franco-Ontarienne Michèle Matteau signe, après Du Chaos pour une étoile et Avant que ne tombe la nuit, Le long hiver du jardinier: celui de Léandre, hanté par l'absence de Florence (L'Interligne).

Retrouvailles

En octobre, Marie Laberge propose un roman sur Ceux qui restent après le suicide d'un proche, ainsi qu'un essai déclinant Treize verbes pour vivre, de «jouir» à «mourir» (Québec Amérique). S'inscrivant dans la série SoifsLe Festin au crépuscule de Marie-Claire Blais (Boréal) balance entre le poids prophétique des rêves et le rôle de l'artiste.

Le peintre et romancier Marc Séguin inscrit Nord Alice (Leméac) en aparté à son premier long métrage à venir, Stealing Alice, mettant en vedette Fanny Mallette, alors que la cinéaste Anaïs Barbeau-Lavalette traque La Femme qui fuit, soit sa grand-mère Suzanne Meloche, qui grandit à Ottawa avant de devenir la conjointe du peintre Marcel Barbeau et de laisser mari et enfants derrière elle (Marchand de feuilles).

Catherine Leroux décline les possibles existences de Madame Victoria, retrouvée morte en 2001, sans qu'on puisse identifier son corps - et ce, malgré l'apport de la médecin légiste et auteure Kathy Reichs (Alto) ! Dans un même esprit, quoique partant d'une prémisse aussi fictive que le reste du livre qui en découle, La disparition de Michel O'Toole (XYZ) imagine ce qu'il est advenu du journaliste évanoui sur la Côte-Nord. Le mystère est levé par un collectif regroupant notamment Perrine Leblanc, Christine Brouillet et Patrick Senécal. Ce dernier renoue aussi avec l'esprit du Vide et du roman noir, décortiquant les Faims des spectateurs d'un cirque aussi trouble que troublant (Alire).

Jean-Jacques Pelletier fait reprendre du service à Victor Prose et Natalya dans Machine God, sur fond d'embrigadement idéologique (Éditions Hurtubise). Maureen Martineau, qui a grandi dans la région, renvoie la sergente-détective Judith Allison sur le terrain, histoire de traquer L'activiste (VLB éditeur).

Il y a une dizaine d'années, la toute jeune Alexandra Larochelle se faisait connaître grâce sa série en six tomes Au-delà de l'univers. Aujourd'hui dans la vingtaine, elle propose Des papillons pis de la gravité (Libre Expression).

L'auteure de la Petite-Nation Claude Lamarche décline une suite à ses Têtes rousses, chez Vents d'Ouest: Les têtes bouclées relate la vie de Léopold Deguire, petit-fils d'immigrants irlandais dans le Québec du début du 20e siècle.

Premiers ou deuxièmes tours...

Chez David, Monia  Mazigh raconte deux révolutions tunisiennes: celle du pain, vécue par Nadia dans les années 1980; et celle du jasmin, à laquelle prendra part sa fille Lila, 25 ans plus tard, de retour dans le pays de sa mère. Pierre-Luc Landry récidive aussi, avec Les corps extraterrestres, soit ceux de Xavier et Hollywood, deux «blasés magnifiques».

Outre le collectif Dialogues de l'oeil, Neige-galerie publie le premier livre de David «D-Track» Dufour: Détroit réunit des photos prises dans la ville et sa poésie urbaine.

En écho aux disparitions de milliers de femmes autochtones, Juliana Léveillé-Trudel, elle, fait dialoguer une missionnaire du Sud et son amie du Nord, dont le corps a été englouti par les eaux glacées baignant Salluit, mais dont le fils incarne l'espoir (Nirliit, La Peuplade). Tristan Malavoy fait son Nid de pierres, où couvent la trentaine, le retour aux sources, l'amour et le temps qui passe, celui qui pourrait prendre le visage d'un enfant à mettre au monde (Boréal).

Vents de poésie

Des Pil... (Pilules - Pills - Pidoras - Pilil) jusque sur le bout des langues: Eddy Garnier marie français, anglais, créole et espagnol dans son nouveau recueil (Vents d'Ouest). Les mots de François Baril Pelletier voyagent quant à eux entre ciel et mer, dans Déserts bleus (David). Et Margaret Michèle Cook et Gilles Latour lancent respectivement lanterna magica/la lanterne magique et Mots qu'elle a faits terre (L'Interligne).

Vent de jeunesse

La cégepienne outaouaise Mathilde Saint-Jean lance La Prison de verre, deuxième volet d'Insoumise.

Le natif d'Ottawa Pierre-Luc Bélanger se lance sur les pentes de Colombie-Britannique dans Ski, Blanche et avalanche (David).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer