Relire les dernières heures de Kadhafi

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Je suis Mouammar Kadhafi, la mythologie faite homme.»

Ainsi écrit l'écrivain d'origine algérienne Yasmina Khadra, qui se glisse dans la tête du mégalomane «frère Guide» par cette première personne du singulier. La Dernière Nuit du Raïs, son plus récent roman, représente une hallucinante relecture de l'intérieur des ultimes heures du dictateur lybien, en octobre 2011.

«Pour un romancier, un personnage comme lui s'avère une véritable aubaine. Surtout lorsqu'on peut voyager à travers ses états d'âme dans de tels moments de vérité», fait valoir de sa voix posée Mohammed Moulessehoul, alias Yasmina Khadra, joint en France plus tôt cette semaine.

Car sa légitimité à relater cette dernière nuit ne lui vient pas du fait qu'il soit lui-même arabe, mais bien du fait qu'il soit auteur, point à la ligne.

«La littérature nous donne le droit de nous interroger sur les faces cachées de l'homme et, du coup, sur la complexité d'un tyran comme Kadhafi.»

«Pour ma part, j'ai toujours écrit pour comprendre. Tout ce que je sais, je le dois aux écrivains, parce qu'ils s'inscrivent dans le facteur humain, et non pas aux historiens et aux essayistes», renchérit Yasmina Khadra, à qui l'on doit déjà L'AttentatLes Hirondelles de Kaboul et Ce que le jour doit à la nuit, entre autres.

Mohammed Moulessehoul, alias Yasmina Khadra... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Mohammed Moulessehoul, alias Yasmina Khadra

Courtoisie

L'écrivain n'avait donc qu'une envie, avec ce livre: «Toucher du doigt la décomposition de ce qui était jusqu'alors un être sublimé.»

Il s'est donc approprié cette nuit du 19 au 20 octobre, alors que le Raïs est retranché dans Syrte avec sa garde rapprochée et cerné par les rebelles. À ses yeux, elle représente d'ailleurs «le seul moment où Kadhafi a fait face à sa vulnérabilité et à son insignifiance».

«Ce peuple m'a-t-il sincèrement aimé ou n'a-t-il été qu'un miroir qui me renvoyait mon narcissisme démesuré?» se questionne son «personnage», en voyant l'aube poindre.

Or, à son avis, ce n'est seulement cette nuit-là que le Bédouin qui s'était «substitué au destin d'une nation en devenant [...] son identité» a réalisé n'être qu'un être humain. «Il s'agit là de quelque chose de hautement tragique pour un homme comme lui, puisque tous ses repères ne deviennent dès lors que des illusions d'optique», soutient Yasmina Khadra.

L'espoir et la chute

Même si le tyran se fâche contre ses proches cherchant à le protéger d'une population prête à lui sauter à la gorge; contre les autres dirigeants arabes lesquels l'évitent autant que les Occidentaux qui, hier encore, tenaient compte de son avis; voire contre lui-même qui «sait sa chute inéluctable», Kadhafi n'en garde pas moins espoir.

«Je suis convaincu qu'il a cru au miracle jusqu'au bout. Jusqu'à la mort de son fils à l'aube, en fait, précise-t-il. Après quoi, il a abandonné...»

Le romancier étoffe évidemment sa Dernière Nuit du Raïs de faits précis, incluant l'instant où les rebelles l'ont trouvé dans un caniveau, «fait comme un rat», abandonné de tous. Et évoque sa mort, brutale et sanglante. Toujours du point de vue de Kadhafi.

«L'histoire m'a précédé, je n'ai donc rien à sauver ou à justifier.»

Son inspiration, il l'a puisée dans la violence, la force des événements. Sous sa plume aux accents mégalomaniaques aussi hallucinés que fascinants, Kadhafi enguirlande Saddam Hussein, déjà mort; se prend pour Dieu; se remémore les femmes dont il n'a pas su être aimé; revient sur son passé pour mieux justifier ses faits et gestes et redorer son présent.

Par petites touches impressionnistes, Yasmina Khadra dessine aussi la figure «symbolique» de Vincent Van Gogh, «un repère artistique imaginé», une «idole cachée» du Raïs qui, dans les dernières pages du roman, renvoient un reflet particulièrement percutant d'un Kadhafi rattrapé par la réalité.

---

La Dernière Nuit du Raïs, de Yasmina Khadra

Julliard, 214 pages

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer