Le piano et le poulpe

Le DroitYves Bergeras 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Hector la petite pieuvre découvre au fond des abysses un vieux piano grâce auquel il s'ouvre au langage de la musique. Dès lors, le poulpe rêve de devenir pianiste.

Mais les rêves mordent parfois, laisse entendre le dramaturge Wajdi Mouawad, dans son tout premier album destiné à la jeunesse. Car à l'école des pieuvres, on apprend à avoir le regard sévère, mais pas le solfège ni les sentiments. Ne sachant même pas froncer les sourcils, le jeune céphalopode souffre, pointé du tentacule.

Aussi partira-t-il à la recherche d'un grand pianiste qui, paraît-il, vivrait reclus dans le ventre d'un cétacé, aux confins du Grand Nulle Part. Au fil d'un long voyage dans les profondeurs de l'océan - prétexte à toutes sortes de rencontres poétiques - il rencontrera ce Jonas mélomane... qui n'est autre que Glenn Gould ! Le pianiste fera plus que consoler Hector: il lui enseignera à laisser entrevoir la mélodie du vent, de la lumière et de l'obscurité à travers les notes. De retour parmi les siens, le poulpe réalisera que la musique est dangereuse, car elle défronce les sourcils.

Derrière l'apparente candeur de ce joli conte, on reconnaîtra les thèmes de prédilection de Mouawad (migration, violence, beauté de l'art), évidemment édulcorés. Les grandes illustrations du Québécois Stéphane Jorish, elles aussi empreintes de poésie, emportent le lecteur à la dérive aussi sûrement que le courant du récit, aux qualités littéraires dosées. 

---

La petite pieuvre qui voulait jouer du piano, de Wajdi Mouawad et Stéphane Jorisch.

Éditions de la Bagnole, 48 pages

*** 1/2

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer